Réunion ministérielle à Berne sur la protection des migrants

Le Groupe de contact sur la Méditerranée centrale se réunit ce lundi matin à Berne. Des ministres ...
Réunion ministérielle à Berne sur la protection des migrants

Réunion ministérielle à Berne sur la protection des migrants

Photo: KEYSTONE/AP/ALESSANDRA TARANTINO

Le Groupe de contact sur la Méditerranée centrale se réunit ce lundi matin à Berne. Des ministres africains et européens doivent discuter de mesures sur la protection des réfugiés et des migrants en Libye et sur les routes migratoire qui y mènent.

La Suisse 'souhaite l'établissement d'une déclaration commune avec, pour point fort, la protection des migrants, tout au long de la route migratoire', a expliqué la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga dans une interview publiée vendredi par Le Temps.

L'un des grands problèmes réside dans les centres de détention libyens où des milliers de migrants sont gardés dans des conditions inhumaines. Une situation que la Suisse veut améliorer. Il s'agit également de mettre en place dans les pays de transit des structures d'asile respectant les standards internationaux.

Lutte contre les passeurs

Les Etats veulent aussi renforcer leur coopération policière en matière de lutte contre les passeurs. Pour éviter que les réfugiés ne soient livrés aux trafiquants, il faut des voies d'immigration légales et sûres - un sujet qui devrait être évoqué à Berne. Les discussions devraient également porter sur le retour volontaire des migrants dans leurs pays d'origine.

La rencontre de lundi ne débouchera pas sur des décisions, mais sur une déclaration ministérielle. Selon Mme Sommaruga, ce groupe de contact peut donner des impulsions importantes à des discussions au sein de l'Union européenne ou des Nations unies. Et il offre un forum de discussion avec les Etats africains. 'Nous devons discuter avec les pays africains, et pas seulement parler d'eux', dit-elle.

Treize pays ont été invités: l'Algérie, l'Allemagne, l'Autriche, l'Egypte, la France, l'Italie, la Libye, le Mali, Malte, le Niger, la Slovénie, le Tchad et la Tunisie. L'Union européenne sera représentée par le commissaire européen aux Migrations et Affaires intérieures, l'Estonie en tant que Présidente du Conseil de l'UE et le Service européen pour l'action extérieure (SEAE).

S'y joignent l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) et, pour la première fois, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

/ATS
 

Actualités suivantes