Rupture du barrage au Brésil: onze salariés de Vale incarcérés

La justice a ordonné mercredi la réincarcération de onze salariés du groupe minier brésilien ...
Rupture du barrage au Brésil: onze salariés de Vale incarcérés

Rupture du barrage au Brésil: onze salariés de Vale incarcérés

Photo: KEYSTONE/EPA EFE/ANTONIO LACERDA

La justice a ordonné mercredi la réincarcération de onze salariés du groupe minier brésilien Vale et de deux de la société allemande Tüv Süd dans le cadre de l'enquête sur la rupture meurtrière du barrage de Brumadinho. La catastrophe a fait 203 morts.

Une chambre pénale du tribunal de l'Etat du Minas Gerais a annulé la libération qui avait été accordée par la Cour supérieure de justice (STJ) à ces onze salariés de Vale, propriétaire du barrage minier de Brumadinho (sud-est), et aux deux de Tüv Süd, qui avait certifié en septembre la stabilité du barrage.

Les juges veulent que soit éclairci leur niveau de connaissance des défauts observés sur cette structure, et déterminé s'il y a eu 'omission' dans l'activation du plan d'action d'urgence après sa rupture. La procureure Paula Ayres, chargée de l'enquête, a affirmé lundi au journal O Estado de Sao Paulo que Vale avait connaissance des problèmes de sécurité du barrage depuis fin 2017. L'entreprise a démenti.

Le 25 janvier, la rupture d'un barrage appartenant au géant minier Vale à Brumadinho, dans l'Etat du Minas Gerais, a fait 203 morts et 105 disparus. Le siège de cette multinationale se trouve à Saint-Prex (VD).

Président auditionné

Les 13 personnes réincarcérées mercredi avaient été arrêtées en deux temps. Quatre jours après la catastrophe, trois salariés de Vale, premier producteur mondial de minerai de fer, et deux de Tüv Süd, avaient été interpellés, passant environ une semaine derrière les barreaux.

Peu après, huit autres employés de Vale avaient été arrêtés en lien avec 'les centaines d'homicides' provoqués par la rupture du barrage. De son côté, le président de Vale, Fabio Schvartsman, avait renoncé 'temporairement' à ses fonctions le 2 mars, tout comme trois autres dirigeants du groupe.

Selon des médias locaux, M. Schvartsman a été auditionné pendant six heures mercredi par la police fédérale à Belo Horizonte, la capitale de l'Etat brésilien du Minas Gerais, où s'est produite la catastrophe.

Autre désastre en 2015

La rupture du barrage de Brumadinho avait provoqué un torrent de boue de déchets miniers de 13 millions de m3, qui avait tout détruit sur son passage. La majorité des victimes travaillaient dans la mine de fer Corrego do Feijao, appartenant au groupe Vale. Beaucoup étaient en train de déjeuner à la cantine au moment de la tragédie.

Trois ans auparavant, un drame similaire avait eu lieu non loin, à la mine de Samarco (co-entreprise de Vale et de l'australien BHP).

Le désastre de 2015 avait touché la ville de Mariana, avec un nombre de morts (19) moins élevé qu'à Brumadinho. Il avait cependant ravagé l'écosystème local, devenant la pire catastrophe environnementale de l'histoire du Brésil.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus