Sous pression, Tillerson dément tout désaccord avec Trump

Sous pression après un rappel à l'ordre public de Donald Trump et de nouveaux articles sur ...
Sous pression, Tillerson dément tout désaccord avec Trump

Sous pression, Tillerson dément tout désaccord avec Trump

Photo: Keystone

Sous pression après un rappel à l'ordre public de Donald Trump et de nouveaux articles sur leurs relations tendues, le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson a réaffirmé mercredi son soutien au président. Il épargne une énième crise à son gouvernement.

'Je n'ai jamais envisagé de quitter cette fonction', a déclaré Rex Tillerson lors d'une allocution solennelle organisée à la hâte au département d'Etat à Washington. 'Mon engagement en faveur du succès de notre président et de notre pays est aussi fort que le jour où j'ai accepté de servir comme secrétaire d'Etat', a insisté l'ex-patron du géant pétrolier ExxonMobil, 65 ans, debout derrière un pupitre.

La chaîne NBC News venait de rapporter que le secrétaire d'Etat avait traité Donald Trump de 'débile' à la fin d'une réunion au Pentagone cet été, et menacé de démissionner à la même époque en raison de différends profonds avec le président. Selon ce média, qui cite plusieurs hauts responsables américains, le vice-président Mike Pence l'a rencontré quelques jours après pour lui demander de faire retomber la pression.

Interrogé, après son discours, sur le qualificatif de 'débile', Rex Tillerson a balayé: 'Je ne vais pas m'occuper de choses aussi insignifiantes', 'cela n'a pas d'autre objectif que de diviser' 'et je ne vais pas participer aux efforts pour diviser cette administration'.

Le département d'Etat a ensuite apporté un démenti plus formel. 'Il ne l'a pas dit', il 'ne parle pas comme ça', a assuré sa porte-parole Heather Nauert, précisant que les deux hommes avaient eu une 'bonne conversation' téléphonique après le discours de Rex Tillerson.

Dans l'après-midi, Donald Trump a affirmé avoir 'pleinement confiance en Rex' et critiqué 'une histoire complètement bidon, fabriquée par NBC'.

Régulièrement critiqué

L'administration américaine espère avoir tué dans l'oeuf une nouvelle crise après les nombreux soubresauts qui ont marqué les huit premiers mois du milliardaire républicain à la Maison Blanche.

Rex Tillerson lui-même avait dû démentir fin juillet des rumeurs de démission et a récemment dû défendre publiquement sa place face à l'offensive prêtée à l'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU Nikky Haley pour lui succéder à Foggy Bottom, le tentaculaire siège du département d'Etat.

La très médiatique Nikky Haley, vue par certains observateurs comme la véritable voix de la diplomatie américaine face au très discret Rex Tillerson, a de son côté démenti vouloir le remplacer.

Et dans la presse comme dans la communauté diplomatique de Washington, le ministre, sans expérience politique avant sa nomination, est régulièrement critiqué pour sa gestion du département d'Etat comme pour ses difficultés à s'imposer - un éditorialiste du Washington Post l'a taxé cette semaine, dans une tribune cinglante, de 'chien de Trump'.

Dans son discours, le secrétaire d'Etat a longuement loué mercredi la politique étrangère de Donald Trump dont 'les objectifs' vont 'au-delà de ce qu'on croit d'ordinaire possible d'atteindre au nom de notre pays'.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus