Trump propose son aide pour apaiser les tensions dans le Golfe

Le président américain propose désormais son aide pour apaiser la grave crise qui oppose Doha ...
Trump propose son aide pour apaiser les tensions dans le Golfe

Trump propose son aide pour apaiser les tensions dans le Golfe

Photo: Keystone

Le président américain propose désormais son aide pour apaiser la grave crise qui oppose Doha à ses voisins du Golfe. Donald Trump avait dans un premier temps soutenu l'isolement du Qatar.

Lors d'un entretien téléphonique avec l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, il a évoqué mercredi l'idée d'une rencontre à la Maison Blanche pour aplanir les différends, a indiqué l'exécutif américain dans un compte-rendu de l'appel.

Cet appel intervient alors que l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont accentué mercredi la pression sur le Qatar, trois jours après avoir rompu leurs relations avec leur partenaire du Golfe. Ils exigent que Doha réintègre le consensus régional sur les sujets sensibles des mouvements islamistes radicaux et des liens avec l'Iran chiite, grand rival du royaume saoudien sunnite dans la région.

Lundi, l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, l'Egypte et le Yémen ont rompu toute relation avec le Qatar, la pire crise diplomatique dans la région depuis des années. Ils ont été suivis par la Mauritanie.

'Poursuivre le dialogue'

Le président français Emmanuel Macron, lors d'entretiens séparés avec l'émir du Qatar, le président iranien Hassan Rohani et le roi Salmane d'Arabie Saoudite a 'invité toutes les parties prenantes à poursuivre (...) le dialogue', rappelant son 'attachement à préserver la stabilité dans la région et à lutter sans ambiguïté contre le terrorisme et le financement de tout type de mouvement terroriste'.

M. Macron s'était déjà entretenu mardi avec l'émir du Qatar, le prince héritier d'Abou Dabi, Mohammed Bin Zayed, ainsi qu'avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui entretient des liens étroits avec le Qatar et a multiplié ces derniers jours les appels à l'apaisement.

Et Reporters sans frontières (RSF) a condamné la décision des autorités saoudiennes de fermer les bureaux de la télévision qatarie à Ryad, estimant que 'fermer les bureaux d'Al Jazeera est une décision politique qui revient à censurer la chaîne'.

Tweets troublants

Mardi, le président américain Donald Trump, dont le pays est un allié de Ryad et de Doha, avait jeté le trouble en soutenant dans une série de tweets l'isolement du Qatar qu'il a accusé de jouer un rôle dans le financement de l'extrémisme islamiste. C'est peut-être 'le début de la fin de l'horreur du terrorisme', avait-t-il écrit.

Par ces déclarations, le président a instillé un doute sur l'avenir de la grande base aérienne américaine d'Al-Udeid, dans le désert du Qatar, qui joue un rôle opérationnel clé dans la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

Mais, revirement quelques heures plus tard, Donald Trump avait appelé, lors d'un entretien téléphonique avec le roi Salmane d'Arabie saoudite, à 'l'unité' les pays du Golfe.

/ATS
 

Actualités suivantes