Un grand brûlé survit grâce à une greffe de peau de son jumeau

Le lien entre ces vrais jumeaux est fusionnel, au sens propre : Franck, 33 ans, brûlé sur la ...
Un grand brûlé survit grâce à une greffe de peau de son jumeau

Un grand brûlé survit grâce à une greffe de peau de son jumeau

Photo: KEYSTONE/GAETAN BALLY

Le lien entre ces vrais jumeaux est fusionnel, au sens propre : Franck, 33 ans, brûlé sur la quasi-totalité du corps (95%) et condamné à mourir, a été sauvé grâce à la greffe de peau provenant de son frère, une première selon les médecins français qui l'ont soigné.

'C'est la première fois qu'on réalise une greffe de peau entre jumeaux sur 95% du corps', dit le Pr Maurice Mimoun, chef du service de chirurgie plastique et reconstructrice à l'hôpital Saint-Louis à Paris. Des brûlés ont déjà été greffés avec de la peau de leur vrai jumeau, mais jamais sur une telle étendue, où les chances de survie sont quasiment nulles.

Les cas publiés jusque-là dans le monde allaient de 6 à 68% environ et portaient sur 45% de la surface du corps en moyenne, selon le chirurgien. L'avantage est que cette peau greffée ne sera jamais rejetée, sans nécessiter de traitement immunosuppresseur (anti-rejet) puisque ces vrais jumeaux ont un capital génétique identique, selon les médecins.

Le 27 septembre 2016, Franck est admis à l'hôpital. Brûlé sur 95% de son corps lors d'un accident du travail, il est quasiment assuré de mourir.

Une dizaine d'opérations

Par chance, les médecins découvrent qu'il a un jumeau homozygote (du même oeuf). La première greffe de peau, prélevée sur le jumeau sain, est réalisée le 7e jour après l'admission de Franck à l'hôpital.

Les deux frères sont opérés au même moment afin de réaliser le transfert immédiat de la peau. Le procédé est répété au 11e et 44e jour pour assurer la couverture entière du patient brûlé. Au total, il a subi une dizaine d'opérations.

Les prélèvements de peau sur le donneur ont été faits en prenant de 'minces couches' (5 à 10 cm de large) sur le crâne, qui cicatrise très vite, en moins d'une semaine, ainsi que sur le dos et les cuisses, qui cicatrisent en une dizaine de jours. Les 45% de peau obtenue ont été étirés dans une machine pour obtenir 'comme un bas résille', ensuite posé sur le corps du brûlé.

Le donneur n'est pas balafré. Il 'conservera peut-être une petite différence de pigmentation' et il est 'super ravi' d'avoir aidé son frère, précise le médecin.

Le patient, qui peut marcher, poursuit, lui, sa rééducation de jour dans un autre centre. 'Il est chez lui avec sa compagne, il peut vaquer à ses occupations, son visage a très bien récupéré, ses mains aussi', se réjouit le Pr Mimoun.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus