Washington dénonce un « nettoyage ethnique » contre les Rohingyas

Les Etats-Unis considèrent l'offensive militaire birmane contre les Rohingyas dans l'Etat d'Arakan ...
Washington dénonce un « nettoyage ethnique » contre les Rohingyas

Washington dénonce un

Photo: KEYSTONE/AP/MANUEL BALCE CENETA

Les Etats-Unis considèrent l'offensive militaire birmane contre les Rohingyas dans l'Etat d'Arakan comme une opération de nettoyage ethnique. Ils envisagent des sanctions ciblées contre ses responsables, a déclaré mercredi le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson.

'Après analyse minutieuse et attentive des faits disponibles, il est clair que l'opération dans l'Etat d'Arakan constitue (une opération de) nettoyage ethnique contre les Rohingyas', a-t-il dit dans un communiqué. Les Etats-Unis s'étaient jusque-là abstenus d'utiliser cette expression de 'nettoyage ethnique', déjà employée par l'ONU.

Plus de 600'000 Rohingyas ont fui depuis la fin août le nord-ouest de la Birmanie pour gagner le Bangladesh en raison d'une vaste offensive de l'armée birmane menée en représailles à une série d'attaques de séparatistes Rohingyas.

'Enormes souffrances'

'Ces abus commis par certains au sein de l'armée birmane, des forces de sécurité et des groupes locaux d'autodéfense ont causé d'énormes souffrances et forcé des centaines de milliers d'hommes, femmes et enfants à fuir leurs maisons en Birmanie pour trouver refuge au Bangladesh', a souligné Rex Tillerson.

'Les responsables de ces atrocités devront rendre des comptes', a-t-il ajouté. Il a réclamé une 'enquête crédible et indépendante' sur le terrain. L'idée de sanctions ciblées a été proposée début novembre par un groupe de parlementaires du Congrès américain.

Rex Tillerson s'est rendu mi-novembre en Birmanie où il a rencontré séparément le chef de l'armée et la dirigeante du gouvernement civil, Aung San Suu Kyi. Depuis le début de cette nouvelle crise des musulmans rohingyas fin août, les Etats-Unis prennent soin de ne pas blâmer la prix Nobel de la paix, mais évoquent ouvertement la responsabilité de l'armée.

/ATS