Assassinat de Politkovskaïa: le nouveau procès s'ouvre

Les assassins présumés en 2006 de la journaliste russe d'opposition Anna Politkovskaïa ont comparu mercredi devant la cour d'assises de Moscou dans un nouveau procès. Ce dernier s'est ouvert malgré le boycott des représentants de la victime.

L'audience a débuté en présence des accusés, quatre Tchétchènes et un ancien officier de police moscovite, mais sans les enfants de la journaliste. Ces derniers considèrent ce procès "illégitime", estimant qu'ils auraient dû être consultés pour la composition du jury d'assises, selon les agences russes.

"La présence de la partie civile est hautement souhaitable, si ce n'est obligatoire", a déclaré l'avocat de la défense, Mourad Moussaïev. Il a estimé que le procès ne pouvait se dérouler en l'absence de représentants de la famille de la victime, selon l'agence de presse Ria Novosti.

"Nous sommes catégoriquement opposés à la poursuite de l'audience" en l'état, a-t-il ajouté, exigeant la suspension du procès jusqu'à lundi. Mais le président de la cour d'assises, Pavel Melekhine, a reproché à l'avocat de "manquer de respect vis-à-vis de la cour", estimant que "l'affaire pouvait être examinée dans ces conditions".

Critiques des enfants

Les enfants d'Anna Politkovskaïa, Ilia et Vera, reprochent à la cour d'avoir choisi les jurés sans les consulter. Ils l'accusent aussi d'avoir précipité l'ouverture du procès à une date où elle savait parfaitement qu'ils ne pouvaient pas être présents, étant hors de Moscou, selon un communiqué publié mardi.

"Nous avons attendu près de sept ans pour que les coupables comparaissent, mais l'État ne pouvait pas attendre quelques jours", ont-ils déploré.

Pas de Caucasiens du Nord

Les avocats de la défense ont, eux aussi, critiqué la composition du jury. Ils remarquent qu'il n'y avait aucun représentant originaire du Caucase du Nord, car quatre des cinq accusés viennent de Tchétchénie.

L'un d'eux, Lom-Ali Gaïtoukaïev, est soupçonné d'avoir reçu en échange d'une rémunération l'ordre de tuer la journaliste du journal d'opposition "Novaïa Gazeta". A cette fin, il a recruté un lieutenant-colonel de la police de Moscou, Dmitri Pavlioutchenkov, l'ex-policier Sergueï Khadjikourbanov et les frères tchétchènes Roustam, Djabraïl et Ibraguim Makhmoudov, selon l'accusation.

Devant les jurés, M. Gaïtoukaïev a catégoriquement rejeté sa participation à ce crime: "Je ne reconnais d'aucune façon ma culpabilité", a-t-il déclaré, selon l'agence Interfax. "Si tous les participants ont été retrouvés, pourquoi n'a-t-on toujours pas identifié le commanditaire sept ans après?", a renchéri l'avocat de M. Gaïtoukaïev.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus