Nouvelles frappes sur le fief de l'EI en Syrie

Les frappes des Etats-Unis et de leurs alliés n'ont pas réussi à stopper l'avancée du groupe Etat islamique (EI) vers Kobané, au nord de la Syrie. Les jihadistes resserraient l'étau autour de la ville kurde proche de la Turquie, au moment où Ankara postait 30 véhicules blindés de l'autre côté de la frontière.

Les combattants du groupe extrémiste n'étaient plus qu'à cinq kilomètres de cette ville stratégique, dont le centre a été pour la première fois touché par des roquettes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). La quinzaine de projectiles lancés par les jihadistes sur le centre-ville a fait trois morts, selon l'ONG.

Si les combattants de l'EI faisaient sauter ce verrou, ils contrôleraient une longue bande territoriale continue au nord de la Syrie, le long de la frontière turque.

Débat jeudi en Turquie

Devant cette menace, Ankara a renforcé son dispositif militaire à sa frontière avec la Syrie après avoir été visée par plusieurs obus.

A la suite de plusieurs incidents de frontière en 2012, les forces armées turques ont changé leurs règles d'engagement. Elles répondent systématiquement, et dans les mêmes proportions, à tout tir d'origine syrienne visant leur territoire.

Le gouvernement islamo-conservateur devrait présenter mardi au plus tard au Parlement un projet de résolution autorisant le recours à la force en Irak et en Syrie, un texte qui permettrait à la Turquie de rejoindre la coalition anti-EI. Les députés doivent commencer à en débattre jeudi.

La récente offensive lancée par l'EI dans la partie à majorité kurde de la Syrie, autour d'Aïn al-Arab (Kobané), a provoqué depuis dix jours un exode massif. Selon le gouvernement, au moins 160'000 réfugiés Kurdes de Syrie ont franchi la frontière turque pour échapper aux combats entre jihadistes et combattants kurdes. La Turquie n'a pas autorisé ses propres Kurdes à participer aux combats.

Financement des jihadistes visé

Avec sa campagne de frappes aériennes en Syrie, à laquelle le ministre syrien des Affaires étrangères a donné l'impression de souscrire, la coalition internationale cherche à tarir les sources de revenus jihadistes en visant des infrastructures pétrolières et gazières.

Des avions de la coalition ont ainsi visé, dans la nuit, le plus grand complexe gazier de Syrie, situé dans la province de Deir Ezzor, selon l'OSDH.

Par ailleurs, l'armée syrienne a intensifié ses bombardements dans l'ouest du pays. Dans la nuit, elle a visé des opposants au régime lors de raids sur la province d'Alep et à Hama, indique l'OSDH.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus