Berne s'engage pour un flux migratoire davantage maîtrisé

La Suisse et ses partenaires européens ont adopté jeudi à Luxembourg une stratégie commune pour faire face, dans l'espace Schengen, à l'afflux extraordinaire de réfugiés venant notamment de Méditerranée, où la situation est "dramatique". Le retour en Europe de jihadistes doit aussi être mieux encadré.

Le renforcement de l'agence de protection des frontières Frontex et l'association plus étroite des pays, notamment d'Afrique du Nord, à la maîtrise des flux migratoires, ont été évoqués lors de cette réunion du comité mixte Schengen qui regroupait les ministres de la justice et des affaires intérieures de l'Union européenne.

Même en période de surcharge migratoire extraordinaire, Berne souhaite que "tous les Etats Dublin se conforment aux règles convenues", en particulier "l'enregistrement systématique de tous les arrivants". Il s'agit là d'une question de crédibilité en matière d'application du système Dublin, a souligné jeudi la ministre du Département fédéral de justice et police (DFJP) Simonetta Sommaruga dans un communiqué de son département.

A l'Italie de dire ses besoins

D'après le système Dublin, l'Italie est tenue d'enregistrer les réfugiés qui débarquent sur son sol pour que les pays tiers puissent lui renvoyer les nouveaux arrivants s'ils se font arrêter dans un autre pays que l'Italie.

Mi-septembre, Mme Sommaruga avait déjà envoyé une missive à Bruxelles dans laquelle elle demandait que Rome remplisse pleinement ses obligations. La France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et la Pologne s'étaient aussi plaintes auprès de la Commission européenne.

Un plan d'action

La Suisse, comme les autres membres de l'UE, s'est cependant dite prête à soutenir l'Italie en vue de la fin de l'opération "Mare Nostrum" engagée pour secourir les migrants en détresse en mer. "La balle est maintenant dans le camp de l'Italie, pour qu'elle indique quels sont ses besoins", a déclaré la ministre.

La commission européenne a été chargée de préparer un plan d'action concret d'ici décembre. La Suisse pourrait proposer une aide dans le domaine du personnel ou de l'enregistrement des migrants.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes