Bulletin d'informations de 15h00

* Des étudiants valaisans s'inquiètent de retards dans les versements
* Crash de Montbéliard: plus d'un millier de personnes aux obsèques
* Le Français Patrick Modiano reçoit le Nobel de littérature

BOURSES D'ÉTUDES: Des étudiants valaisans s'inquiètent de retards dans les versements des bourses ou de réductions subies par certains d'entre eux. Ils ont écrit une lettre au conseiller d'Etat Oskar Freysinger pour lui demander des explications et exiger que les paiements soient faits dans les meilleurs délais.

Les étudiants ont mandaté pour cette démarche le syndicat SUD Etudiants-e-s et Précaires, a indiqué ce dernier. D'habitude, les décisions concernant les bourses d'études tombent au plus tard à la fin de la première semaine de la rentrée et les versements suivent dans le courant du mois d'octobre. Or, la plupart des décisions n'ont pas encore été rendues, écrit le syndicat dans la lettre.

ASSURANCE MALADIE: Les cantons doivent participer aux coûts des traitements ambulatoires comme ils le font dans le domaine stationnaire, soit à hauteur de 55%. C'est la proposition faite à Berne par la faîtière des assureurs maladie santésuisse, dix jours après le rejet par le peuple de la caisse unique.

Actuellement, même des interventions médicales complexes sont réalisées de plus en plus fréquemment en ambulatoire et les patients rentrent chez eux le jour même, a relevé Verena Nold, directrice de santésuisse, devant la presse. Il y a quelques années encore, les patients étaient hospitalisés pendant plusieurs jours et les caisses maladie prenaient au maximum 50% de ces frais à leur charge.

CRASH DE MONTBÉLIARD: Plus d'un millier de personnes ont afflué à la cathédrale de Lausanne pour rendre un dernier hommage aux victimes de l'accident d'hélicoptère près de Montbéliard (F). De nombreuses personnalités, du Conseil d'Etat, du monde économique, politique et sportif vont prendre la parole durant la cérémonie. Les obsèques privées se dérouleront demain.

Le pasteur de la cathédrale André Joly a ouvert la cérémonie peu après 14h00, dans une cathédrale bondée où étaient placés des portraits géants des cinq victimes. "Leur mort soudaine a endeuillé leur famille mais aussi ce pays où ils ont été des acteurs économiques importants", a-t-il déclaré.

ART CONTEMPORAIN: La Genevoise Sylvie Fleury a décroché le "Prix de la Société des Arts 2015 - Arts Visuels - Genève" pour l'ensemble de son oeuvre et la poursuite de ses recherches. Cette récompense décernée tous les deux ans à un artiste suisse ou établi en Suisse est dotée de 50'000 francs.

Cette plasticienne est connue pour ses mises en scène des produits glamour, de la mode et de luxe, indique la Société des Arts de Genève dans un communiqué. Ses oeuvres font toujours preuve d'une connaissance approfondie de l'esthétique artistique du Pop Art et l'art minimal, sans son aspect d'art pour l'art, souligne la Société.

PRIX NOBEL: Le prix Nobel de littérature a été décerné au romancier Patrick Modiano, qui devient le quinzième auteur français à recevoir la distinction. M. Modiano a été récompensé pour "l'art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l'Occupation", a indiqué l'Académie suédoise dans un communiqué.

Le romancier a centré toute son oeuvre sur le Paris de la Seconde Guerre mondiale, dépeignant le poids des événements tragiques d'une époque troublée sur le destin de personnages ordinaires.

ETAT ISLAMIQUE: Un Français de 54 ans a été condamné à six mois de prison ferme pour avoir crié "Vive l'Etat islamique!" dans les locaux d'un Centre d'allocations familiales à Strasbourg et menacé d'y revenir "avec une arme", a-t-on appris auprès du parquet. Devant la justice, l'homme a regretté ses propos.

Le prévenu, qui a été incarcéré, a été reconnu coupable hier par le tribunal correctionnel de Strasbourg d'"apologie publique d'un acte de terrorisme" et d'"outrage", a précisé la substitut du procureur Stéphanie Breton, qui avait requis contre lui huit mois de prison ferme en raison du "trouble à l'ordre public".

CENTRAFRIQUE: Le CICR et la Croix-Rouge centrafricaine ont été menacés et empêchés de faire leur travail à Bangui, alors qu'une nouvelle flambée de violence s'est emparée de la capitale centrafricaine. Les deux organisations ont demandé que ces menaces cessent.

"Sans sécurité, nous ne pouvons pas travailler et sauver des vies. Les menaces doivent cesser. Nous demandons à la population de faciliter le travail des volontaires de la Croix-Rouge", a déclaré Jean-François Sangsue, chef de la délégation du CICR à Bangui.

Prochain bulletin à 16h00

/ATS


Actualisé le