Cameron et Abbott exhortent Poutine à ne pas jouer les "agresseurs"

Le Premier ministre britannique David Cameron a demandé vendredi à Vladimir Poutine de cesser d'"agresser" l'Ukraine. Son homologue australien Tony Abbott a de son côté accusé le maître du Kremlin de chercher à restaurer la "gloire perdue du tsarisme".

Ces déclarations tombent la veille de la venue du président russe au sommet du G20 samedi et dimanche à Brisbane, dans l'est de l'Australie, à un moment où les Occidentaux agitent la menace de nouvelles sanctions contre Moscou en raison du conflit ukrainien.

Devant le Parlement australien, M. Cameron a mis en garde la Russie qui, selon Londres, s'expose à de nouvelles sanctions si elle ne s'engageait pas à résoudre le conflit.

Si Moscou "adopte une approche positive vis-à-vis de la liberté et de la responsabilité de l'Ukraine, ces sanctions pourraient être retirées. Si la Russie continue de faire empirer la situation, ces sanctions pourraient s'intensifier. C'est aussi simple que ça", a-t-il affirmé. Les ministres des Affaires étrangères des Vingt-Huit doivent discuter, eux, de la question ce lundi à Bruxelles.

"Mea culpa" exigé

Le Premier ministre britannique a qualifié les activités de la Russie de "grand Etat agressant de plus petits Etats en Europe". Et Tony Abbott a demandé à M. Poutine de "faire son mea culpa" en ce qui concerne le crash de l'avion de la Malaysia Airlines en juillet dans une zone contrôlée par des rebelles prorusses dans l'est de l'Ukraine, qui a fait 298 morts parmi lesquels des Australiens.

Les Occidentaux affirment que l'avion a été abattu par un missile fourni par la Russie, ce que Moscou dément en montrant du doigt les forces ukrainiennes.

Accroissement des activités militaires russes

Critiquant l'accroissement des activités militaires russes globales, M. Abbott a ajouté que Moscou affichait sa puissance comme elle ne l'avait pas fait depuis longtemps. Il a cité notamment l'apparition de plusieurs navires de la marine russe cette semaine au nord des côtes australiennes, avant le G20.

Moscou tance Washington

Vladimir Poutine a pour sa part accusé les Etats-Unis de fragiliser les institutions commerciales qu'ils ont contribué à créer en imposant des sanctions contre la Russie, dans un entretien vendredi à l'agence Tass, avant le G20. Il a précisé qu'il n'abordera pas la question lors de ce sommet. "Cela n'aurait pas de sens", a-t-il dit.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes