Cameron prie l'Ecosse de préserver la famille britannique

Le Premier ministre britannique David Cameron a de nouveau imploré les Écossais de renoncer à leurs velléités d'indépendance et de ne pas briser "la famille" que constitue le Royaume-Uni lors du référendum du 18 septembre. De récents sondages mettent les deux camps au coude-à-coude.

Pris de panique comme le reste de la classe politique, David Cameron a fait l'impasse sur la séance hebdomadaire des questions au gouvernement pour se rendre sur place et tenter de convaincre les électeurs de la nécessité de préserver l'acte d'union qui les lie à l'Angleterre depuis 1707.

"Cela me briserait le coeur de voir cette famille de nations se déchirer", a dit le Premier ministre à Edimbourg. Il a ensuite adressé une mise en garde contre la tentation d'un vote sanction contre la politique des conservateurs.

"Je pense que certains ont un peu l'impression qu'il s'agit d'une élection générale et qu'on peut changer d'avis cinq ans plus tard (...)", a-t-il poursuivi avant de prévenir: "Ce n'est pas une question pour les cinq ans à venir mais pour le prochain siècle".

"Visite contre-productive"

Le chef du gouvernement s'était tenu jusqu'à présent en retrait du débat sur l'indépendance de l'Ecosse, estimant que ses origines aisées et ses opinions conservatrices n'étaient pas des atouts pour s'adresser à un électorat écossais majoritairement de gauche.

Mais la publication de sondages laissant entrevoir une possible victoire du "oui" à l'indépendance l'a incité à sortir de sa réserve et à faire campagne pour le "non" avec le soutien du chef de file de l'opposition, le travailliste Ed Miliband.

"S'ils étaient venus en bus, je leur aurais payé le billet", a lancé le dirigeant indépendantiste Alex Salmond, assurant qu'aucun dirigeant conservateur n'avait jamais été aussi impopulaire chez les Écossais que David Cameron. Leur visite est contre-productive pour le camp du "non", a-t-il ajouté.

Selon certains médias, le chef du gouvernement pourrait être contraint à la démission par les frondeurs de son parti s'il ne parvenait pas à empêcher l'Ecosse de quitter l'union.

La livre sterling chute

Les sondages témoignant de la percée de la cause indépendantiste au cours des dernières semaines ont provoqué la stupeur des milieux financiers et donné des sueurs froides aux banquiers et assureurs écossais, dont le gros de la clientèle est britannique.

Mercredi, la diffusion d'une enquête en ligne créditant le camp des indépendantistes de 53,9% des intentions de vote au référendum a fait tomber la livre sterling à son cours le plus bas depuis 10 mois contre le dollar.

Négociations en vue si le oui l'emporte

Si l'Ecosse venait à se prononcer en faveur de l'indépendance après 307 années d'union, s'ouvrirait une période de négociations de 18 mois sur une longue série de sujets, allant du pétrole de la mer du Nord à celle de la livre en passant par la base sous-marine de Faslane.

Au-delà de la question de la monnaie, des armes nucléaires et du pétrole, c'est la structure même du Royaume-Uni qui est menacée, à commencer par son principal symbole, l'Union Jack, qui réunit la Croix de Saint Georges anglaise, la Croix de Saint Patrick irlandaise et la Croix de Saint André écossaise.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes