Cinq blessés dans le dernier "encierro" de la San Fermin

Cinq personnes ont été blessées dimanche matin lors du dernier lâcher de taureaux des fêtes de la San Fermin à Pampelune, marquées la veille par une bousculade géante qui a fait 23 blessés. Une Australienne de 23 ans touchée par un coup de corne se trouve dans un état "très grave".

La jeune femme a subi des lésions pulmonaires et des fractures des côtes, selon les autorités locales qui ont annoncé que trois Espagnols et un Américain avait aussi été blessés. Deux des Espagnols n'ont été que légèrement atteints, tandis que le diagnostic des deux autres blessés n'est pas encore connu.

Comme chaque matin, six taureaux de combat guidés par six boeufs se sont élancés à 08h00 dans les anciennes ruelles de Pampelune, dans le nord de l'Espagne, accompagnés par des milliers de coureurs habillés de blanc et portant un foulard rouge autour du cou.

Cet "encierro" était le huitième et dernier de cette San Fermin, une fête qui attire chaque année à Pampelune, pendant neuf jours, des centaines de milliers de visiteurs espagnols et étrangers.

Les taureaux de l'élevage andalou de Miura, réputés très dangereux, ont dévalé en 2 minutes et 16 secondes les 848,6 mètres du parcours menant de leur enclos aux arènes de la ville, soit une course particulièrement rapide. Ils seront mis à mort dimanche soir lors de la dernière corrida de cette San Fermin.

Coureurs piétinés

Samedi, 23 personnes avaient été blessées quand un bouchon humain s'était formé à l'arrivée de la course dans les arènes. Certains coureurs avaient été piétinés par les taureaux et les boeufs arrivés derrière eux, ne parvenant pas à se dégager notamment parce qu'une des portes des arènes s'était refermée.

Le blessé le plus grièvement touché, un jeune Espagnol de 19 ans, se trouvait dimanche dans un état toujours grave, mais qui évoluait favorablement, selon le gouvernement régional.

Les "encierros" de la San Fermin, les plus célèbres et les plus spectaculaires d'Espagne, sont parfois meurtriers: 15 coureurs ont été tués depuis 1911, dont le dernier, un Espagnol, atteint par un coup de corne en 2009.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus