Conférence sur le Mali: la communauté internationale s'engage

La communauté internationale s'est engagée mercredi à Bruxelles à consacrer plus de trois milliards d'euros pour aider le Mali à "se remettre debout" après la guerre. Présente à la conférence des donateurs, la Suisse a annoncé une aide de 50 millions d'euros.Les 108 pays et institutions participant à la conférence "Ensemble pour le renouveau du Mali" ont été plus généreux qu'attendu. Les autorités de Bamako avaient fixé à 1,96 milliard la contribution internationale à l'ambitieux plan pour la relance durable du Mali, destiné à remettre en marche le pays sur deux ans (2013-2014).Le président malien Dioncounda Traoré a chaleureusement exprimé "la reconnaissance et la gratitude" du peuple malien envers la communauté internationale. "Réussir la paix"Coorganisée par l'UE et la France, la conférence était destinée à ouvrir une deuxième phase de la résolution de la crise malienne. Cinq mois après le début de l'intervention armée française, "nous devons maintenant réussir la paix", a résumé M. Hollande."Le constat est simple: il n'y aura pas de sécurité et de stabilité durable sans développement et sans démocratie. Il faut donc agir de front sur les trois côtés du triangle: sécurité, démocratie, développement", a expliqué le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.Services de baseL'une des priorités est de mobiliser rapidement les moyens nécessaires pour lancer des projets urgents destinés à "rétablir les services de base", comme l'eau, l'électricité ou l'éducation. Ce sont des "conditions indispensables pour redonner confiance" à la population malienne, en particulier dans le nord du pays, a souligné le Commissaire européen chargé du Développement, Andris Piebalgs.L'UE reste le principal bailleur de fonds en apportant une aide de 520 millions d'euros pour 2013-2014. La Banque Mondiale et la Banque islamique de Développement vont participer à hauteur de 250 millions d'euros chacune, tandis que des dizaines de pays, dont la Suisse, vont accroître leur soutien. /SERVICE


Actualisé le