Costa Concordia: procès du commandant Schettino le 9 juillet

Le procès du commandant du Costa Concordia, Francesco Schettino, s'ouvrira le mercredi 9 juillet, a décidé mercredi le juge des audiences préliminaires de Grosseto, en Toscane,. Cette décision intervient quinze mois après le naufrage du navire.L'ex-commandant est poursuivi pour homicides multiples par imprudence, abandon de navire et dommages à l'environnement, après le naufrage du paquebot de croisière qui avait fait 32 morts en janvier 2012.Le juge Pietro Molino a rejeté en même temps la demande des avocats de M. Schettino d'acquitter leur client du délit d'abandon du navire ainsi que la demande de nouvelles expertises. La documentation fournie par le Parquet "fournit des indices de culpabilité plus que suffisants pour justifier le renvoi en justice de l'accusé", indique le juge dans sa décision.Procureur satisfait"Nous avons le plus grand respect pour les décisions du juge qui a estimé que l'audience préliminaire n'était pas le lieu pour examiner toutes les questions que nous avons soulevées", a réagi Francesco Pepe, l'avocat de l'ex-commandant, cité par le journal "Corriere della Sera"."Je crois que l'issue de cette audience préliminaire confirme dans sa totalité notre thèse accusatoire. Je suis satisfait car cela confirme que le Parquet a bien travaillé et je ne crois pas que le procès fera ressortir d'autres éléments", s'est félicité de son côté Francesco Verusio, procureur du Parquet de Grosseto.Peut-être seulFrancesco Schettino risque de se retrouver seul sur le banc des accusés, ses cinq co-accusés ayant obtenu le feu vert du parquet pour une peine négociée avec le tribunal.Ces cinq personnes, dont les avocats avaient formalisé les requêtes il y a huit jours lors d'une audience préliminaire, sont le directeur de l'unité de crise du Concordia, Roberto Ferrarini, le timonier indonésien Jacob Rusli Bin et trois autres membres d'équipage.Les avocats de M. Schettino avaient bien demandé eux aussi à bénéficier de cette procédure de "pattegiamento" (accord à l'amiable sur la sanction en échange d'une reconnaissance au moins partielle de culpabilité), mais le parquet avait émis un avis défavorable. Le juge des audiences préliminaires a suivi cet avis et fixé le début du procès à juillet. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes