D'intenses combats se poursuivent à Kobané

Les combats entre les forces kurdes et l'Etat islamique (EI) dans la ville syrienne de Kobané, qui font rage depuis plus d'un mois, n'ont connu aucun répit vendredi. Côté irakien, l'armée a lancé un nouvel assaut contre les jihadistes.

Vendredi, les jihadistes qui contrôlent 50% de la ville ont lancé des attaques dans l'est et près du centre de Kobané. La principale milice kurde, les YPG (Unités de protection du peuple), a mené elle des assauts dans le sud-ouest, a précisé Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les jihadistes, qui se sont emparés depuis le début de l'année de trois aéroports à l'armée syrienne dans les provinces d'Alep et de Raqa (nord), ont également fait voler trois avions, vraisemblablement des MIG 21 et MIG 23, aidés par des soldats de l'ex-armée irakienne, selon l'ONG.

L'Observatoire a précisé que des officiers de l'armée de l'ex-président irakien Saddam Hussein, dissoute après la chute de son régime dans la foulée de l'invasion américaine en 2003, supervisaient aussi des sessions d'entraînement près d'Alep.

Série de raids

La coalition, quant à elle, a visé les positions de l'EI dans une série de raids, a ajouté l'ONG qui s'appuie sur un large réseau d'informateurs et de militants sur le terrain.

Selon un responsable sur place, Anwar Moslem, "la coalition a détruit beaucoup de véhicules et des pièces d'artillerie de l'EI. On voit les corps des combattants (de l'EI) dans les rues", a-t-il dit.

Les forces kurdes n'arrivent pas à évacuer les civils bloqués en raison des tireurs embusqués de l'EI, selon M. Moslem. Mais l'OSDH affirme qu'un grand nombre "refuse de partir, préférant mourir dans leur ville plutôt que de s'exiler".

Bagdad "à l'abri"

En Irak, les Etats-Unis, inquiets de la progression des jihadistes qui contrôlent la majorité de la province d'Al-Anbar (ouest) malgré les frappes, se sont montrés plus rassurants. "Nous pensons à l'heure actuelle que Bagdad est à l'abri d'une menace imminente", a déclaré le Pentagone.

Sur un autre front, les forces irakiennes, aidées par les frappes de la coalition, ont lancé une nouvelle opération pour tenter de reprendre du terrain à l'EI au nord de Tikrit, à 160 km au nord de la capitale, selon des responsables.

/ATS


Actualisé le