Des troupes russes à Donetsk et à Lougansk (ministre ukrainien)

Des combats se poursuivaient lundi autour de l'aéroport de Lougansk, bastion des séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine, selon un porte-parole militaire. Le ministre ukrainien de la Défense Valéri Gueleteï a affirmé dimanche soir déjà que des troupes russes étaient présentes à Donetsk et Lougansk.

Des parachutistes ukrainiens affrontaient lundi un "bataillon de chars russes" à l'aéroport de Lougansk, a annoncé le porte-parole, Léonid Matioukhine. Sur sa page Facebook, il précise que "les combats se poursuivent lundi entre les parachutistes ukrainiens et un bataillon de chars des forces armées russes pour défendre l'aéroport de Lougansk".

"Nous sommes en guerre avec la Russie et c'est la Russie qui décide de ce qui se passe dans le Donbass", bassin minier qui comprend les régions de Donetsk et de Lougansk, avait encore déclaré le ministre dans une interview à la chaîne de télévision Inter.

Le ministre russe des Affaires étrangères a assuré de son côté lundi qu'il n'y aurait "pas d'intervention militaire russe" en Ukraine. Sergueï Lavrov a estimé qu'un "cessez-le-feu immédiat et sans conditions préalables" devrait être discuté lors des pourparlers prévus au Bélarus entre des représentants de Kiev et Moscou.

"Il n'y aura pas d'intervention militaire, nous sommes uniquement pour un règlement pacifique de cette grave crise, de cette tragédie", a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec des étudiants russes.

Nouvelles sanctions

Des discussions devaient réunir lundi à Minsk (Biélorussie) un "groupe de contact" sur la crise en Ukraine. Il comprend des représentants de Kiev, de la Russie et de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Un ou plusieurs représentants des séparatistes prorusses devraient également être présents.

Au même moment, la Commission européenne doit commencer à travailler sur de nouvelles sanctions contre la Russie. Les Occidentaux accusent Moscou d'avoir déployé des troupes en appui des rebelles séparatistes. La Russie fait déjà l'objet de nombreuses sanctions européennes et américaines.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus