Libération des quatre observateurs de l'OSCE détenus à Lougansk

Les quatre observateurs de l'OSCE enlevés le 31 mai à Lougansk, dans l'est de l'Ukraine, ont été relâchés, a annoncé l'organisation. Ce développement intervient 48 heures après la libération de quatre autres membres de la mission d'observation et alors que Kiev a annoncé une décentralisation des pouvoirs.

Les quatre observateurs - originaires d'Allemagne, des Pays-Bas, de Russie et d'Espagne - sont en "bonne condition", a annoncé l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) dans un communiqué.

Ce groupe de trois hommes et une femme a été ramené par des hommes lourdement armés à l'entrée d'un hôtel de Donetsk, la grande ville de l'Est, où il a été pris en charge par des représentants de l'OSCE, selon des journalistes sur place.

"Nous avons libéré les quatre derniers observateurs, qui étaient retenus sur le territoire de la République populaire de Lougansk", a déclaré le "Premier ministre" de la république séparatiste autoproclamée de Donetsk, Alexandre Borodaï. "Nous considérons que nous avons rempli nos obligations (...) Huit personnes avaient disparu, huit personnes ont été retrouvées", a-t-il ajouté.

Didier Burkhalter "soulagé"

Les dirigeants de l'organisation ont salué cette libération. Son secrétaire général, Lamberto Zannier, a rappelé le "rôle important" joué par la mission spéciale d'observation (SMM) de l'OSCE dans la crise actuelle, et estimé que ce travail est "essentiel pour aider à restaurer la paix et la stabilité en Ukraine".

Le président de la Confédération Didier Burkhalter, président en exercice de l'OSCE, a pour sa part dit espérer que cette libération marque le début d'une amélioration de la situation sécuritaire dans l'est de l'Ukraine. Cela permettrait à la SMM de renforcer son rôle de présence internationale dans le pays.

À travers sa mission d'observation, l'OSCE est prête à contribuer à la mise en oeuvre sur le terrain du plan de paix présenté par le président ukrainien Petro Porochenko, a ajouté le conseiller fédéral, qui avait déjà salué le travail de la SMM plus tôt dans la journée, devant l'assemblée parlementaire de l'OSCE à Bakou.

/ATS


Actualisé le