Dix-huit rebelles tués dans des opérations de l'armée au Waziristan

L'aviation pakistanaise a tué 18 rebelles et détruit six de leurs repaires depuis vendredi soir dans le Waziristan du Nord, près de l'Afghanistan. L'assaut des troupes au sol devrait commencer prochainement. Le pilonnage intensif dans plusieurs secteurs peut indiquer qu'il est imminent.

Les forces aériennes pakistanaises ont bombardé les abords de la ville de Mirali, pendant que des chars prenaient pour cible des sanctuaires rebelles à l'extérieur de Miranshah, principale ville de Waziristan où près d'un demi-million de civils se sont réfugiés.

"Les avions des forces aériennes pakistanaises ont détruit six caches de terroristes tuant onze terroristes", indique un communiqué militaire. Samedi matin, "des concentrations terroristes ont été la cible de l'artillerie, des chars et d'autres armes lourdes à l'extérieur de Miranshah. Sept terroristes ont été tués", ajoute-t-il.

Le communiqué souligne qu'un commandant taliban de Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP) a été tué et qu'un autre commandant important d'Al-Qaïda a été arrêté alors qu'il tentait de s'enfuir.

Près de 500'000 personnes ont fui

Près d'un demi-million de personnes ont fui l'offensive au Waziristan du Nord, lancée par l'armée pakistanaise contre les talibans et Al-Qaïda dans cette zone tribale à la frontière avec l'Afghanistan, considérée comme le principal bastion des talibans.

Des dizaines de milliers de familles ont fui vers la ville de Bannu, alors que des centaines d'autres ont cherché refuge plus loin dans les villes de Lakki Marwat, Karak et Dera Ismail Khan depuis le début de l'offensive à la mi-juin.

Offensive lancée à la mi-juin

Près de 370 rebelles et 12 membres du personnel de sécurité ont été tués dans l'offensive, baptisée "Zarb-e-Azb", du nom d'une épée utilisée par le prophète Mahomet. Le nombre et l'identité des victimes sont impossibles à vérifier.

L'offensive contre le bastion taliban au Waziristan du Nord, longtemps réclamée par Washington, a finalement été lancée à la mi-juin après une attaque spectaculaire rebelle contre l'aéroport de Karachi, qui a tué des dizaines de personnes et marqué la fin d'un processus de paix chancelant avec les talibans pakistanais.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus