Dizaines de morts et milliers de réfugiés en Syrie

Plus de 60'000 personnes ont fui ces derniers jours des villes de la province de Deir Ezzor (est de la Syrie), théâtre d'intenses combats entre jihadistes rivaux, a rapporté samedi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Et des dizaines de personnes ont été tuées dans des secteurs tenus par le régime.

Selon l'agence de presse syrienne Sana, des "terroristes" ont tiré des obus de mortier sur Al Douel'a, quartier du centre de la capitale Damas, tuant quatre personnes dont une adolescente de 16 ans.

A Alep, ce sont au moins douze personnes qui ont été tuées et 16 autres blessées par des obus de mortier sur l'hôpital Saloum et l'hôtel Planet, dans le quartier Aziziya tenu par le régime, selon Sana.

L'OSDH, proche de l'opposition syrienne, fait état lui aussi de ces tirs mais avance un bilan un peu moins lourd, parlant d'au moins trois morts dans le centre de Damas et d'au moins dix autres à Alep. En outre, 22 civils, majoritairement des étudiants, ont été blessés par des projectiles lancés contre la faculté d'économie d'Alep..

Maisons brûlées

Dans l'est du pays, malgré l'appel à une trêve lancé par le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahri, les combats font toujours rage entre les deux groupes jihadistes, le Front al-Nosra et l'Etat islamique d'Irak et du Levant, dans les provinces de Deir Ezzor et de Raqa.

Les violences qui ont débuté mercredi se sont intensifiées samedi en dépit d'un appel du chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahri à l'arrêt des hostilités. Selon l'OSDH les combattants d'al-Nosra ont brûlé plusieurs maisons à Bussayra, tandis que l'EIIL a fait de même à Abriha. Plus de 60'000 personnes ont fui ces derniers jours des villes de la province de Deir Ezzor (est de la Syrie) dans l'espoir d'échapper aux combats.

Négociations à Homs

Enfin à Homs, le gouverneur de la province Talal al-Barazi et les rebelles ont affirmé samedi à l'AFP que la trêve entrée en vigueur vendredi, qui vise à un retrait des insurgés des derniers secteurs qu'ils occupent dans la Vieille ville, se maintenait et que les négociations se poursuivaient.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus