Djerba plongée dans l'odeur pestilentielle des ordures

Près de 200 personnes ont manifesté samedi près du ministère de l'Intérieur à Tunis. Elles exigent des autorités une solution au problème des déchets sur l'île touristique de Djerba, dans le sud de la Tunisie.

Le ramassage des ordures est aléatoire dans tout le pays depuis la révolution de 2011, le dépôt anarchique des déchets s'étant généralisé face à l'inaction des autorités. Le problème est particulièrement aigu à Djerba, dont l'économie repose largement sur le tourisme et où habitants et autorités sont en conflit sur la réouverture d'une décharge.

"Une solution radicale"

"Djerba agonise", "Sauvez Djerba", "Tout ce que nous voulons, c'est vivre dans un environnement sain", proclamaient des pancartes. "Nous voulons faire pression sur les autorités. Elles disent qu'elles nous entendent et qu'elles vont agir, mais en attendant, les tas de déchets ne cessent de grossir", a dénoncé Fatma Yadir, une étudiante originaire de l'île.

"Tous les jours, les gens brûlent leurs poubelles pleines de plastique, un feu par-ci, un feu par là. Je suis déjà allergique, j'ai dû aller consulter un médecin à cause de la fumée", a déploré de son côté Arbia Mokadem, une enseignante à la retraite qui habite entre Houmt Souk, à Djerba, et Tunis. "En plus, Djerba, c'est la vitrine de la Tunisie à l'étranger. Nous voulons une solution radicale", a-t-elle martelé.

Deux grèves

La ville de Houmt Souk a déjà observé deux grèves générales en une semaine pour dénoncer ce problème. Vendredi, des protestataires ont organisé un sit-in d'environ trois heures devant l'aéroport international de Djerba-Zarzis et bloqué la circulation.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus