Doses de bisphénol A dans le sang trop faibles pour être nocives

Les doses de bisphénol A (BPA) trouvées dans le sang humain sont trop faibles pour être nocives, indique une analyse de près de 150 études. Ces résultats contredisent les conclusions selon lesquelles cette substance chimique présente dans de nombreux contenants alimentaires pourrait être un perturbateur endocrinien.Selon des recherches sur les animaux, le BPA est suspecté d'affecter le développement cérébral du foetus et des nouveau-nés et d'accroître le nombre des cancers dit hormono-dépendants, surtout du sein et de la prostate. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus