Ebola: fin de la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon est arrivé samedi en Guinée, au dernier jour de sa tournée dans les pays touchés par l'épidémie d'Ebola. La veille, des jeunes ont saccagé un centre de Médecins sans frontières dans le sud du pays. Le secrétaire général de l'ONU a pu visiter le Ghana, le Libéria et la Sierra Leone lors de son séjour en Afrique de l'Ouest.

Le chef de l'ONU a été accueilli à l'aéroport de Conakry par les ministres guinéens des affaires étrangères, François Louceny Fall, et de la santé, Rémy Lamah. Ban Ki-moon devait ensuite s'entretenir avec le président guinéen Alpha Condé avant d'aller à Bamako.

La Guinée est la quatrième étape de la tournée entamée jeudi par le chef de l'ONU qui a notamment visité le Ghana, où est basée la Mission des Nations unies pour la lutte contre Ebola (UNMEER).

Reconstruire les services de santé

Au Libéria et en Sierra Leone, M. Ban a assuré vendredi les pays touchés par l'épidémie de l'appui de la communauté internationale pour endiguer la maladie et reconstruire leurs services de santé aujourd'hui sinistrés.

Il est accompagné dans son périple par la directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le docteur Margaret Chan, le coordinateur de l'ONU pour la lutte contre l'épidémie, David Nabarro, et le chef de l'UNMEER, Anthony Banbury.

Ebola a déjà fait 7373 morts sur un total de 19'031 cas recensés en Guinée, en Sierra Leone et au Libéria, les trois pays les plus touchés par l'épidémie en cours depuis mars, a annoncé samedi l'OMS.

MSF pris pour cible

Des centaines de jeunes, craignant une contamination de leur quartier, ont pour leur part empêché violemment l'installation d'un centre de traitement de Médecins sans frontières (MSF), en pointe dans le combat anti-Ebola, vendredi dans la ville de Kissidougou, dans le sud de la Guinée particulièrement touché par le virus, a indiqué samedi le commissaire de police de la localité.

"Ils ont d'abord saccagé les installations, notamment des tentes, mis le feu aux bâches et cassé des chaises pour enfin chasser le personnel sanitaire et officiel qui avait pris place sur les lieux", a-t-il expliqué.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus