Edward Snowden ne peut pas partir de Russie, faute de passeport

L'ex-consultant de la NSA Edward Snowden, recherché par les Etats-Unis pour espionnage, a entamé jeudi une cinquième journée dans l'aéroport de Cheremetievo à Moscou. Selon une source proche du dossier, il ne peut pas quitter la Russie, faute d'un passeport valable.

M. "Snowden n'a pas de papiers valables. Pour cette raison, il ne peut aller ni à Cuba, ni où que ce soit", a affirmé cette source. Les Etats-Unis, qui réclament son extradition, ont annoncé dimanche avoir annulé son passeport.

Selon la chaîne de télévision hispanique Univision, basée aux Etats-Unis, l'Equateur a fourni un "laissez-passer" à l'ancien agent de la CIA. Elle a publié sur son site Internet la copie d'un document daté du 22 juin produit par le consulat général de l'Equateur à Londres.

Le texte d'une page, aux emblèmes de l'Equateur, liste notamment le nom de M. Snowden, sa date et son lieu de naissance, la couleur de ses cheveux et de ses yeux, sa taille et sa situation de famille. Il est signé du nom de Fidel Narvaez Narvaez, identifié comme "consul général d'Equateur à Londres".

Washington accuse

L'Equateur avait démenti mercredi avoir fourni un document permettant de voyager à Edward Snowden.

Les Etats-Unis ont accusé mercredi Hong Kong d'avoir simulé la confusion sur l'identité d'Edward Snowden afin de ne pas avoir à interpeller l'informaticien américain, avant son départ pour la Russie.

Hong Kong avait répondu à une demande de Washington d'arrêter Edward Snowden pour espionnage en demandant des éclaircissements sur le deuxième prénom de l'informaticien, a déclaré un porte-parole du département américain de la Justice.

"Que les autorités de Hong Kong aient demandé un supplément d'information sur son identité prouve qu'elles cherchaient un prétexte pour ne pas répondre à la demande d'arrestation", a dit le porte-parole.

Edward Snowden, ancien agent de la NSA (National Security Agency) à Hawaï, a quitté Hong Kong dimanche dernier. L'Equateur a fait savoir mercredi par un communiqué de son ambassade à Washington qu'il étudiait la demande d'asile de M. Snowden.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus