Erdogan dit qu'il était de son devoir de "nettoyer" la place Taksim

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré dimanche qu'il était de son "devoir" de "nettoyer" la place Taksim d'Istanbul. Il s'exprimait après l'intervention de la police samedi soir contre le dernier bastion des manifestants qui réclament sa démission.

"J'ai dit que nous étions arrivés à la fin. Que c'était devenu insupportable. Hier, l'opération a été menée et (la place Taksim et le parc Gezi) ont été nettoyés (...) c'était mon devoir de Premier ministre", a lancé M. Erdogan lors d'une réunion publique de son parti à Istanbul.

Des dizaines de milliers de personnes étaient réunies pour soutenir le chef du gouvernement, sur fond d'affrontements sporadiques en ville au lendemain de l'évacuation par la force du dernier bastion des manifestants.

Au milieu de la foule, des groupes de jeunes entonnaient des slogans dénonçant les contestataires qui exigent depuis deux semaines la démission de leur champion. "Il faut briser les mains qui s'en prennent à la police" ou "le peuple est ici, où sont les vandales?", ont-ils scandé avant de reprendre en coeur "dieu est grand".

Au même moment, des accrochages opposaient toujours les forces de l'ordre à des groupes de manifestants tout autour de la place Taksim, le berceau du mouvement qui agite la rue turque, proclamée zone interdite depuis la veille.

Appel de Berlin

De son côté, l'Allemagne a appelé la Turquie à "respecter la liberté de manifester et d'expression", selon un tweet du porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, diffusé dimanche.

Dans un autre tweett, M. Seibert se prononce en faveur de la "poursuite du dialogue" en Turquie, ajoutant que "le gouvernement allemand appelle à nouveau toutes les parties à la raison".

/SERVICE


Actualisé le