A Bethléem, le pape invite Abbas et Peres ensemble au Vatican

Le pape François a prononcé un vibrant plaidoyer pour la paix au Proche-Orient lors de sa visite à Bethléem, en Cisjordanie occupée, avant de gagner Tel Aviv, puis Jérusalem. Il a invité les présidents palestinien et israélien chez lui au Vatican afin de prier pour la paix et mettre fin à une situation "inacceptable".

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a reçu officiellement le pape François sur le sol de l'Etat de Palestine, reconnu par le Vatican. François a ensuit été accueilli avec des vivats par quelque 10'000 fidèles sur la place de la Mangeoire, pavoisée de drapeaux du Vatican et palestiniens et ornée d'un tableau géant de la naissance de Jésus. Celui-ci était représenté enveloppé d'un keffieh, le symbole national palestinien.

Pendant la messe, le souverain pontife a invité M. Abbas et le président israélien Shimon Peres à venir au Vatican se joindre à lui pour "une prière intense en invoquant de Dieu le don de la paix".

M. Abbas a "accepté l'invitation du pape et le lui a dit", a affirmé le négociateur palestinien Saëb Erakat. Il a précisé que la visite aurait lieu le 6 juin. Shimon Peres a "salué l'invitation du pape", a indiqué son porte-parole, sans confirmer qu'il s'y rendrait.

"Pas de place pour l'antisémitisme"

De Bethléem, le chef de l'Eglise catholique s'est rendu en hélicoptère à Tel Aviv, où il a été accueilli par Shimon Peres et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, avant de rejoindre Jérusalem. Pour éviter tout faux-pas diplomatique, il n'a pas effectué le court trajet par la route pour gagner Jérusalem, dont la partie orientale a été annexée par Israël après la guerre des Six-Jours en 1967.

A l'aéroport Ben Gourion de Tel Aviv, il a invoqué "le droit de l'Etat d'Israël à exister et à prospérer en paix et en sécurité à l'intérieur de frontières internationalement reconnues". Dans le même temps, il a plaidé pour la "reconnaissance du droit du peuple palestinien à une patrie souveraine et au droit de vivre avec dignité et avec la liberté de mouvement".

Célébration oecuménique

François a encore rencontré le patriarche orthodoxe de Constantinople Bartholomée à la basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem. Les deux hommes ont signé une déclaration commune appelant à progresser dans le rapprochement entre leurs Eglises, près de dix siècles après le grand schisme qui les a séparées.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes