Fusillade au sud de Paris: une policière décède

Une policière municipale a été tuée et un agent de voirie grièvement blessé dans une fusillade jeudi matin au sud de Paris, dans le quartier de Montrouge. L'enquête a été confiée à la section antiterroriste, même si l'agression ne semble pas être liée à l'attentat de la veille contre "Charlie Hebdo".

La victime est une policière stagiaire, âgée d'une vingtaine d'années, célibataire et sans enfant.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a déclaré qu'il n'y avait pas de lien "à ce stade" entre cette fusillade et l'attentat de "Charlie Hebdo". Deux personnes ont été placées en garde à vue.

Vers 07h50, un accident de la circulation a eu lieu entre deux véhicules. La police municipale et la voirie ont été appelées sur les lieux. Peu après 08h00, des coups de feu ont éclaté. La policière a été touchée au niveau de la gorge et l'agent de la voirie a été blessé, selon les premiers éléments de l'enquête.

Un véhicule s'est arrêté

C'était "une scène de panique", a relaté un habitant de la rue, Ahmed Sassi, 38 ans. Il explique avoir été réveillé par "deux détonations". Depuis la fenêtre de sa cuisine, il a raconté avoir vu "un policier debout dans la rue. Un homme en habit sombre lui a tiré dessus à bout portant, tout en continuant à courir".

"Un véhicule s'est arrêté, on a tiré sur les policiers municipaux", a pour sa part raconté le maire de Montrouge Jean-Loup Metton. "Un personnel de voirie (...) a sauté sur le ou les agresseurs." Les témoignages restent toutefois contradictoires. Certains font état de deux agresseurs, dont l'un aurait pris la fuite par le métro.

Armement lourd

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de cette affaire, compte tenu de l'attentat de la veille, de "l'armement lourd" de l'auteur des faits et du caractère délibéré de cet acte à l'encontre des forces de l'ordre.

L'auteur présumé portait un gilet pare-balles, une arme de poing et un fusil-mitrailleur. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve s'est rendu sur les lieux peu après les faits, quittant en urgence la réunion de crise organisée autour de François Hollande sur l'attentat contre "Charlie Hebdo".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus