Hong Kong: les organisateurs du défilé pro-démocratie interpellés

La police de Hong Kong a arrêté les organisateurs d'une manifestation pro-démocratie qui a rassemblé des centaines de milliers de personnes cette semaine. Cette interpellation a provoqué des réactions indignées.

Cinq membres du Front civil des droits de l'Homme ont été interpellés par la police, après le défilé traditionnel du 1er juillet. Cette journée, qui marque l'anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine, voit une partie de la population descendre dans la rue pour rappeler à Pékin son attachement aux valeurs démocratiques.

"Il s'agit de répression politique", s'est indigné le président du comité, Johnson Yeung, alors que deux de ses collègues ont été interpellés chez eux dans la matinée. Les autorités chinoises "procèdent à des arrestations alors que nous avons eu un défilé pacifique" et sans violence, a-t-il déclaré devant la presse, avant de se rendre à la police, avec deux autres organisateurs.

La police n'a pas fait de commentaire sur ces arrestations. Le vice-président du comité pro-démocratie, Icarus Wong, a indiqué que les cinq hommes avaient été arrêtés pour, entre autres, "obstruction aux devoirs de la police".

Plus de 500 arrestations

Cette année, les organisateurs estiment que le rassemblement comptait quelque 500'000 personnes, soit une participation record. Les estimations de la police étaient bien inférieures. La police a déjà arrêté plus de 500 personnes qui refusaient de quitter les lieux au terme de la manifestation, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Depuis son retour à la Chine en 1997, l'ancienne colonie britannique possède le statut de région administrative spéciale (RAS) et bénéficie en principe d'une large autonomie en vertu du modèle "un pays, deux systèmes".

Ses habitants jouissent notamment d'une liberté de parole et de manifester inconnue sur le continent, et d'un système judiciaire hérité du droit anglais. Mais les Hongkongais perçoivent une érosion de ces droits et s'inquiètent de la mainmise de Pékin sur les affaires du territoire.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes