Huit milliards de dollars d'aide pour la Corne de l'Afrique

Plusieurs organisations internationales, dont la Banque mondiale (BM) et l'Union européenne (UE), ont promis lundi une aide de plus de 8 milliards de dollars sur plusieurs années pour le développement de la Corne de l'Afrique. L'annonce a été faite au début d'une tournée du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon dans la région.

Cette tournée est consacrée au développement, mais aussi à la paix et la sécurité dans une région encore largement instable. M. Ban doit visiter l'Ethiopie, Djibouti et le Kenya, accompagné du président de la BM Jim Yong Kim, et de représentants de cinq autres organisations - UE, Union africaine (UA), Banque africaine de développement (BAfD), Banque islamique de développement et Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad).

"Les pays de la Corne de l'Afrique enregistrent des progrès considérables, qui restent cependant méconnus, sur le plan économique et politique", a déclaré M. Ban, dans un communiqué de la BM. "Il s'agit donc d'un moment propice pour soutenir leurs efforts, mettre fin aux cycles des conflits et à la pauvreté, et passer ainsi d'une situation de fragilité à un développement durable".

Accès à l'eau

Cette aide doit aller à huit pays: Ethiopie, Somalie, Djibouti, Kenya, Erythrée, Soudan du Sud, Soudan et Ouganda. Les fonds doivent servir à des projets d'oléoducs, à l'amélioration des réseaux routiers, ou encore au développement de l'éducation, de l'accès à Internet et du commerce transfrontalier, afin de stimuler la croissance dans une région où les conflits ou la faim poussent encore les gens hors de chez eux par millions.

"Ce nouveau financement représente une opportunité majeure pour les habitants de la Corne de l'Afrique de faire en sorte qu'ils aient accès à une eau propre, à une alimentation à haute valeur nutritionnelle, à des soins de santé, à l'éducation et à des emplois", a de son côté estimé M. Kim.

A Nairobi, Ban Ki-moon lancera aussi une campagne mondiale pour mettre fin aux mutilations génitales féminines.

/ATS


Actualisé le