L'ambassadeur de Turquie prié de quitter l'Egypte

Les autorités égyptiennes ont demandé le départ de l'ambassadeur turc au Caire, accusant Ankara de soutenir des mouvements qui menacent, selon elles, la sécurité nationale. La Turquie a d'ores et déjà promis des mesures de "réciprocité", sans préciser lesquelles.

L'ambassadeur turc Huseyin Avni Botsali a été convoqué samedi au ministère égyptien des Affaires étrangères, où il s'est vu signifier qu'il était désormais "persona non grata", a expliqué à l'AFP Badr Abdelaty, porte-parole du ministère égyptien.

La Turquie a "cherché à influencer l'opinion publique contre les intérêts égyptiens et a soutenu des réunions d'organisations qui cherchent à semer le trouble dans le pays", a annoncé dans la matinée un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Cette expulsion de l'ambassadeur turc intervient après des propos du Premier ministre turc Recep Tayip Erdogan condamnant la répression des islamistes par les nouvelles autorités égyptiennes. Les déclarations de M. Erdogan "constituent une ingérence inacceptable dans les affaires internes de l'Egypte et sont une provocation", a déclaré à l'AFP Badr Abdelaty.

Représentation réduite

En outre, l'ambassadeur égyptien en Turquie, rappelé le 15 août au Caire, ne retournera pas à Ankara et le niveau de la représentation diplomatique égyptienne en Turquie sera abaissé, avec seulement un chargé d'affaires, ont précisé samedi les autorités égyptiennes.

La Turquie s'est montrée très critique après le renversement du président égyptien Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, qu'elle juge victime d'un "coup d'Etat inacceptable". De plus, la confrérie entretient des liens étroits avec le Parti pour la justice et le développement (AKP) de M. Erdogan, au pouvoir à Ankara.

La Turquie a d'ores et déjà promis des mesures de "réciprocité" après l'expulsion de son ambassadeur par l'Egypte.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes