La Russie a commencé à délivrer des passeports russes en Crimée

L'administration russe a commencé mercredi à délivrer des passeports russes en Crimée. Des soldats appuyés par des miliciens avaient pris le même jour le contrôle d'une base de la marine ukrainienne à Sébastopol puis d'une autre, à 30 km de Simféropol, capitale de Crimée.

Sur les passeports, "le travail ne va faire que s'intensifier de jour en jour", a déclaré le chef du service russe des migrations, Konstantin Romodanovski à l'agence de presse publique Ria-Novosti.

Le projet de loi transmis mercredi à la chambre basse du Parlement russe par le président Vladimir Poutine prévoit que, dès le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie, les citoyens ukrainiens de la péninsule et les personnes apatrides qui y résident de manière permanente sont considérés comme citoyens russes, précise Ria-Novosti.

M. Romodanovski n'a pas su préciser comment vivraient et travailleraient en Crimée les personnes ne souhaitant pas adopter la nationalité russe. "Nous avons des tâches prioritaires à accomplir", a-t-il répondu. Il a expliqué que le cas de la Crimée était unique et le rattachement encore récent.

Après la prise du quartier général de la flotte ukrainienne à Sébastopol, également le port d'attache de la flotte russe en mer Noire, l'amiral ukrainien Serhiy Haïdouk avait lui été emmené mercredi par les forces spéciales russes, a dit un porte-parole de l'armée ukrainienne.

Le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov "a donné au pouvoir autoproclamé de la Crimée trois heures pour libérer tous les otages", dont M. Haïdouk, en menaçant de prendre des "mesures adéquates" de représailles. Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a ensuite appelé dans la soirée les dirigeants de Crimée à relâcher l'amiral, selon son ministère, cité par Interfax.

Pas d'intervention américaine

Sur le plan diplomatique, les Etats-Unis et l'Europe examinent toujours les moyens de faire pression sur le Kremlin, notamment par de nouvelles sanctions. Un Conseil européen se tiendra jeudi et vendredi à Bruxelles. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, rencontrera M. Poutine jeudi à Moscou avant de se rendre vendredi à Kiev.

Kiev a pour sa part décidé d'introduire les visas pour les Russes et de sortir de la Communauté des Etats indépendants (CEI) regroupant onze ex-républiques soviétiques. Parallèlement, elle prépare un plan d'évacuation des militaires et leurs familles, selon le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense, Andriï Paroubiï.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes