L'objectif du Fonds vert pour le climat atteint

L'objectif de dix milliards de dollars fixé par les Nations unies pour aider les pays les plus pauvres à faire face aux conséquences du réchauffement climatique vient d'être atteint grâce à la contribution surprise de l'Australie et à celle de la Belgique. Celles-ci se montent respectivement à 166 millions et 64 millions de dollars.

"Nous avons franchi le seuil psychologique de dix milliards de dollars", s'est félicité Hela Cheikhrouhou, directrice générale du Fonds. Au total, les dons des 24 pays contributeurs s'élèvent à 10,14 milliards de dollars.

L'Australie, mise en cause le mois dernier pour ne pas avoir annoncé de contribution lors d'une conférence des donateurs, a donc promis mardi 166 millions de dollars.

"J'ai tenu divers propos il y a quelque temps, mais, avec ce que nous avons vu ces derniers mois, je pense qu'il est juste et raisonnable de la part du gouvernement de prendre un engagement modeste, prudent et proportionné en faveur du fonds de compensation pour le climat", a déclaré le Premier ministre Tony Abbott, lors d'une conférence de presse à Melbourne.

La Belgique a quant à elle promis 64 millions de dollars. Une quinzaine de pays riches, dont la Suisse (100 millions, comme la Corée du Sud), avaient déjà annoncé des contributions: Japon et Etats-Unis (1,5 milliard chacun), France et l'Allemagne (un milliard), Danemark (70 millions), Norvège (33 millions), République tchèque (5,5 millions).

Discussions à Lima

Plusieurs délégations présentent à Lima pour la conférence annuelle de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) ont salué ce succès. La Chine a toutefois regretté que les pays industrialisés n'aillent pas plus vite pour atteindre l'objectif de 100 milliards de dollars d'aide par an fixé pour 2020.

Le Fonds vert ne sera qu'un des mécanismes pour arriver à ces 100 milliards d'aide annuelle en 2020. Alimenté par des dons ou des prêts, il va permettre de financer des actions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ainsi que des projets pour s'adapter aux impacts inévitables du changement climatique.

Le mécanisme, qui avait été promis en 2009 à Copenhague par les pays riches, a mis beaucoup de temps à se mettre en place. Sa première capitalisation est intervenue le 20 novembre dernier. Les 10 milliards doivent alimenter le fonds de 2015 à 2018. De nouvelles contributions pourraient être annoncées à Lima.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus