L'opposant russe Khodorkovski va rencontrer la presse à Berlin

Le plus célèbre opposant au président Vladimir Poutine, l'ex-oligarque Mikhaïl Khodorkovski, s'exprimera face à la presse en début d'après-midi à Berlin. Sa prestation est très attendue, après sa libération surprise vendredi du camp de Russie où il était détenu depuis dix ans.

Il a choisi pour cela un lieu hautement symbolique, un musée consacré au Mur de Berlin. L'avenir de Mikhaïl Khodorkovksi suscite maintes spéculations, notamment de la presse allemande qui le voit s'installer en Grande-Bretagne, en Suisse ou en Israël.

La députée écologiste allemande Marieluise Beck, une amie de longue date s'est entretenue plus d'une heure avec lui samedi après-midi. Ellke s'est bornée à dire qu'un retour en Russie n'était "pas à l'ordre du jour". L'ancien magnat du pétrole a également retrouvé hier son fils aîné et ses parents.

Il a été gracié par le Président Poutine, qui semble vouloir redresser son image auprès de l'Occident, à quelques semaines des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi. Il avait été condamné en 2005 et 2010 lors de deux procès sur des accusations de fraude fiscale et d'escroquerie.

Attaque informatique

Cela ne signifie toutefois pas que Khodorkovski a désormais carte blanche. Un court extrait d'une interview accordée à l'hebdomadaire moscovite d'opposition New Times samedi, posté sur son site web, a été rapidement rendu inaccessible par ce qui semble être une attaque informatique délibérée.

Il n'y parlait pourtant que des très rares occasions qu'il avait eu de voir sa femme, Inna, au cours de ses dix années de captivité. Dans cet extrait vidéo, manifestement tourné dans sa chambre du palace berlinois où il loge, Khodorkovski, apparaissait plutôt amaigri.

Jet privé

Il doit semble-t-il largement sa liberté retrouvée à la médiation discrète de l'ancien ministre allemand des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher, 86 ans. Ce dernier a également organisé son transfert immédiat dans un jet privé vers l'Allemagne.

Mikhaïl Khodorkovski avait sollicité une grâce présidentielle pour pouvoir revoir sa mère, âgée de 79 ans, et souffrant d'un cancer, dont l'état de santé s'était dégradé. Cette dernière avait d'ailleurs été soignée il y a peu à Berlin.

/ATS


Actualisé le