La "Nuit de Cristal" commémorée à Berlin et à Vienne

L'Allemagne et l'Autriche ont commémoré ce week-end la sanglante "nuit de cristal", le déchaînement de violence contre les juifs, qui embrasa les deux pays dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938. En Suisse, les lumières des synagogues sont restées allumées dans la nuit de vendredi à samedi en signe de souvenir.

Lors de "La Nuit de Cristal", une centaine de juifs ont été assassinés, des centaines de synagogues incendiées et des milliers de commerces saccagés et leurs vitres brisées, d'où le nom porté par cet événement qui marque le début de la Shoah. Quelque 30'000 hommes ont également été arrêtés puis déportés.

Le 75e anniversaire de ce pogrom a été marqué par de nombreuses cérémonies, notamment à Vienne et à Berlin. Mais la nature du souvenir se modifie. L'heure n'est plus à la recherche des coupables et à leur traduction en justice, mais à l'éducation des nouvelles générations alors que les événements s'estompent dans les mémoires.

"Le temps passe, c'est évident. Ce n'est pas comme il y a quelques années. Il faut tenir compte du fait que les survivants sont en train de disparaître", souligne Beate Klarsfeld, qui, avec son mari Serge, a traqué sans relâche les criminels nazis.

Le pape demande à rester "vigilants"

Beate Klarsfeld, qui est âgée aujourd'hui de 78 ans, a été invitée à Vienne pour s'exprimer à l'inauguration d'une exposition sur l'Holocauste à destination des élèves, en présence d'un ministre et de diverses personnalités, dont le responsable de la communauté juive d'Autriche. Mais l'exposition est confinée au sous-sol d'un théâtre juif du quartier de Leopoldstadt.

A Rome, le pape François a demandé aux catholiques d'être "vigilants" contre "toute forme de haine et d'intolérance", en commémorant la "Nuit de Cristal", "triste pas", selon lui, vers la Shoah. Il a également exprimé sa solidarité avec les juifs.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes