La grande coalition sortante l'emporte de peu (estimations)

Le gouvernement de grande coalition gauche-droite en Autriche a remporté de justesse dimanche les élections législatives, selon des estimations concordantes des instituts de sondage ARGE et SORA. L'extrême droite enregistre une nette progression.

Le Parti social-démocrate (SPÖ) du chancelier sortant Werner Faymann obtient 26,4/26,7% des suffrages, les conservateurs (ÖVP) 23,6/23,8% et l'extrême droite de Heinz Christian Strache 21,9/22,4%, en hausse de quatre à cinq points. Il s'agit d'estimations réalisées sur mandat de l'agence de presse autrichienne APA et de la radio-télévision publique ORF.

La participation des 6,4 millions d'électeurs inscrits serait en chute, avec un à deux points de moins qu'en 2008 (78,82%).

Pour les deux grands partis autrichiens, ce résultat témoigne de la continuelle désaffection des électeurs à leur égard, alors que l'Autriche a pourtant plutôt mieux résisté à la crise économique et financière en Europe que les autres pays. En 2008, le SPÖ avait obtenu 29,26% des suffrages et l'ÖVP 25,98%.

Nouveau venu

La liste du milliardaire austro-canadien eurosceptique Frank Stronach entre au Parlement. Il obtiendrait 5,8/6% des suffrages, un score loin des espoirs de ce nouveau venu en politique, crédité il y a encore six mois de 12% des intentions de vote.

Dans l'opposition, les Verts progressent à 11,2/12,0% (10,43% en 2008), mais en-deçà de leurs attentes: leur objectif étant la barre des 15%.

Une surprise

La surprise vient d'un autre nouveau venu sur l'échiquier politique, le parti libéral NEOS qui, avec 4,6/4,7%, franchit la barre des 4% nécessaires pour avoir des élus.

En revanche, le parti fondé à la suite d'une scission du FPÖ par le dirigeant populiste charismatique Jörg Haider, décédé dans un accident de voiture en 2008, échoue avec seulement 3,4/3,7%. Il est donc éliminé du Parlement alors qu'il avait encore obtenu 10,70% en 2008.

/SERVICE


Actualisé le