La miraculée va "très bien" et n'avait jamais perdu espoir

Reshma, la miraculée de l'immeuble effondré près de Dacca, au Bangladesh, qui a survécu 17 jours sous les gravats, va "très bien" et retrouve peu à peu des forces. "Elle n'avait jamais perdu espoir", a assuré le docteur Fakrul Islam après avoir parlé samedi matin avec la jeune fille de 18 ans."Elle va très bien, tous ses organes vitaux sont OK", a-t-il expliqué, en ajoutant qu'elle avait passé "une très bonne nuit" à l'hôpital militaire où elle a été admise.La jeune couturière souffre néanmoins des effets du manque de nourriture après avoir survécu grâce à "quatre biscuits" et un peu d'eau. Mais elle a recommencé à s'alimenter et elle a mangé des fruits. Sa famille a pu lui rendre visite à l'hôpital.Reshma Islam a été extraite vendredi des ruines après avoir passé 17 jours dans les gravats d'un sous-sol d'un immeuble abritant des ateliers de textile. Plus de mille personnes, notamment des ouvrières, ont péri dans la catastrophe. Selon le chef des pompiers, elle a été localisée dans un trou entre une poutre et un pilier. "Elle avait peut-être des réserves d'eau ou a peut-être bu un peu de l'eau que nous avons injectée dans le bâtiment", a déclaré Ahmed Ali.A Savar, dans la banlieue de Dacca, l'armée s'apprête désormais à mettre un point final à ses opérations de secours après la découverte de dizaines de nouveaux corps dans les décombres de la cage d'escalier, portant le dernier bilan à 1084 morts.Dommages et intérêts insuffisantsSelon les survivants, le montant évoqué des dommages et intérêts n'est pas à la hauteur de leur immense préjudice et ne couvrira même pas les frais médicaux.Une enquête préliminaire a conclu que des vibrations dues notamment à de gros générateurs mis en marche lors d'une coupure d'électricité, étaient à l'origine de l'effondrement de l'immeuble, déjà très fragilisé.La police a arrêté douze personnes, dont le propriétaire de l'immeuble et quatre propriétaires des ateliers, pour avoir obligé les ouvriers à revenir travailler en dépit des fissures constatées la veille sur les murs. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus