La santé de Bouteflika "s'améliore régulièrement" (ministre)

La santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika, candidat à un quatrième mandat, "s'améliore régulièrement" et "sa tête fonctionne très bien", a affirmé dimanche le ministre algérien de l'Industrie Amara Benyounès. Le président sortant est totalement absent de la campagne électorale.

"Il va bien, sa santé s'améliore régulièrement", a-t-il déclaré. M. Bouteflika, âgé de 77 ans, a été victime d'un AVC l'an dernier. Il n'est apparu à aucun meeting depuis le début de la campagne pour l'élection présidentielle du 17 avril.

"C'est quelqu'un dont les fonctions mentales fonctionnent très bien, il a un problème de rééducation fonctionnelle, il est en train de poursuivre sa rééducation, ça s'améliore de jour en jour, mais sa tête fonctionne très bien", a ajouté M. Benyounès, venu à Paris participer à un meeting de soutien au candidat Bouteflika, où 1500 personnes étaient rassemblées, selon les organisateurs.

"Le peuple algérien va le voir et va l'entendre", a assuré le ministre algérien. "Je ne sais pas la forme qu'il va choisir, mais il va s'exprimer", a-t-il dit.

Tribun hors pair adulé par la foule lors de ses précédentes campagnes (1999, 2004 et 2009), M. Bouteflika ne bouge pratiquement plus de chez lui depuis un AVC en avril 2013 qui l'a contraint à 80 jours d'hospitalisation à Paris. Cet accident vasculaire cérébral alimente les doutes sur sa capacité à gouverner.

Meeting électoral annulé

Depuis son retour en Algérie en juillet, le président ne s'est que rarement exprimé en public, et d'une voix presque inaudible. Il n'est ainsi apparu à aucun meeting, et a chargé sept de ses proches de sillonner le pays pour convaincre les électeurs.

Samedi, la campagne électorale a connu un nouveau développement avec l'annulation par le camp présidentiel d'un meeting électoral en Kabylie après l'intrusion de manifestants hostiles dans la salle.

C'est aux cris de "Bouteflika dégage", qu'Abdelmalek Sellal, proche collaborateur du président, a été accueilli à Béjaïa, par quelque 250 manifestants.

/ATS


Actualisé le