La star de la téléréalité Nabilla inculpée et écrouée

La star franco-suisse de la téléréalité Nabilla, dont le compagnon a été blessé dans des circonstances confuses, a été inculpée pour "tentative d'homicide volontaire" dans la nuit de samedi à dimanche. Elle a ensuite été écrouée.

Après 36 heures de garde à vue, un juge d'instruction a inculpé Nabilla Benattia pour "tentative d'homicide volontaire", pour des faits survenus dans la nuit de jeudi à vendredi dans un appart'hôtel de Boulogne-Billancourt, près de Paris, a annoncé le parquet de Nanterre.

Elle est aussi poursuivie pour "violences volontaires aggravées", s'agissant d'un précédent incident au sein du couple qui avait eu lieu le 8 août lorsque le petit ami, Thomas Vergara, avait été blessé au dos à Coudoux.

L'affaire défraye la chronique en France: samedi le hashtag #NabillaenGAV (GAV garde à vue) était encore en tête des sujets les plus discutés sur Twitter dans le pays. Dans un premier temps, des sources concordantes avaient rapporté des propos de la jeune femme de 22 ans, selon lesquels son compagnon avait été blessé à coups de couteau par des agresseurs alors que le couple regagnait son hôtel.

Agressé lui-même

Mais durant la garde à vue, Nabilla a affirmé aux enquêteurs que son petit ami Thomas Vergara, sous l'emprise de la cocaïne, s'était blessé lui-même au cours d'une dispute. "Elle a expliqué qu'ils ont eu une altercation et qu'il a pris un couteau. Dans la confusion, il se serait alors porté un coup à lui-même, involontairement", a relaté le parquet chargé de l'affaire. Elle nie l'avoir poignardé.

Coup de théâtre samedi, Thomas Vergara, gravement blessé au thorax, a pu livrer sa version selon laquelle le couple aurait été attaqué par trois hommes.

Les tests d'alcoolémie n'ont révélé aucune trace chez la starlette. Pour la drogue, les analyses sont en cours, a précisé le parquet.

Nabilla et Thomas s'étaient rencontrés lors de l'émission "Les Anges de la téléréalité" et semblaient vivre une histoire d'amour tumultueuse alimentée par leurs tweets et suivie par la presse people et les réseaux sociaux.

/ATS


Actualisé le