La tension persiste entre les ministres verts et François Hollande

Les deux ministres écologistes français ont mis en question leur participation au gouvernement mercredi, au lendemain du renvoi de la ministre socialiste de l'Ecologie. Delphine Batho avait critiqué une forte baisse de ses crédits pour l'environnement.

"Il y a devant nous des rendez-vous qui sont déterminant. Si si ces rendez-vous étaient ratés, à ce moment là (...) bien évidemment nous en tirerons toutes les conséquences", a déclaré Pascal Canfin (Développement), l'un des deux ministres écologistes du gouvernement de François Hollande.

Mardi soir, Pascal Canfin et sa collègue d'Europe Ecologie - Les Verts (EELV), Cécile Duflot (Logement), ont décidé de ne pas quitter le gouvernement lors d'une réunion d'urgence de leur parti après la démission de Delphine Batho.

Signal d'alarme pour les Verts

La ministre socialiste de l'Ecologie a été démise de ses fonctions mardi après-midi par M. Hollande quelques heures après avoir qualifié de "mauvais" le budget 2014 qui prévoit une réduction de 7% des crédits de son ministère.

M. Canfin a qualifié de "signal d'alarme" le renvoi de Delphine Batho. "Nous considérons qu'il faut maintenant davantage d'actes posés par ce gouvernement pour faire que la transition écologique soit réellement une priorité de la France et du gouvernement", a-t-il insisté.

Le secrétaire national d'EELV, Pascal Durand, a demandé mardi soir à M. Hollande et au Premier ministre Jean-Marc Ayrault "des engagements clairs et des actes pour que l'écologie soit définitivement prise en compte dès le budget 2014".

Une "exigence absolue"

Mercredi matin, le nouveau ministre de l'Ecologie et de l'Energie Philippe Martin a souligné que l'enjeu écologique était "une exigence absolue" lors de sa passation de pouvoirs avec Delphine Batho.

"Nous devons faire preuve de conviction pour que cet horizon soit partagé par le plus grand nombre, par les plus grands dirigeants de ce pays mais aussi par une population inquiète des urgence sociales et qui parfois n'aperçoit pas à quel point la nécessité de transformer de manière écologique notre mode de vie n'est pas quelque chose de superflu, mais une exigence absolue", a-t-il dit.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes