La ville de Fallouja tombe aux mains d'Al Qaïda

Le gouvernement irakien a perdu le contrôle de Fallouja, tombée aux mains d'Al Qaïda après plusieurs jours de combats. L'armée irakienne poursuit cependant ses bombardements. La ville et le chef-lieu d'Al Anbar, Ramadi, avaient été des bastions de l'insurrection après l'invasion américaine de 2003.

"Fallouja est sous le contrôle de l'EIIL", a indiqué un haut responsable de la sécurité, faisant référence à l'Etat islamique en Irak et au Levant, filiale d'Al Qaïda en Irak.

Il a ajouté que le groupe extrémiste sunnite avait "désigné un gouverneur" pour la ville, décrétée la veille "Etat islamique" par l'EIIL. Le responsable a cependant précisé que les alentours de Fallouja (60 km à l'ouest de Bagdad) étaient aux mains de la police locale.

Les combats avaient tué vendredi au moins 32 civils et 71 combattants d'Al Qaïda à Fallouja et Ramadi (100 km à l'ouest de Bagdad), selon des sources au ministère de l'Intérieur.

Islamistes sunnites avec chefs tribaux

L'armée irakienne a pilonné Fallouja avec des tirs de mortier afin d'en déloger des militants sunnites liés à Al Qaïda et des rebelles tribaux qui y ont pris position.

Islamistes sunnites et chefs tribaux ont décidé de faire cause commune dans la province d'Al Anbar contre le gouvernement du Premier ministre chiite Nouri al Maliki.

La tension s'y est accrue depuis que la police a démantelé un camp de manifestants sunnites lundi. Au moins 13 personnes ont été tuées dans des affrontements.

L'Etat islamique d'Irak et du Levant a renforcé au cours des derniers mois son implantation dans cette province désertique du pays, proche de la Syrie et dominée par les sunnites.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus