Ukraine: l'émissaire suisse relativise le mouvement séparatiste

L'émissaire de l'OSCE pour l'Ukraine, l'ambassadeur suisse Tim Guldimann, tempère les craintes de voir d'autres régions de l'Ukraine séparées du reste du pays, à l'instar de la Crimée. Selon lui, "il n'existe pas de grand mouvement séparatiste populaire à l'est ou au sud de l'Ukraine".

La situation n'en demeure pas moins tendue et grave, au vu des heurts continus à l'est, estime-t-il. De nombreuses personnes se trouvent dans une situation économique, sociale et politique précaire. "Beaucoup pensent que Kiev ne saura pas répondre à leurs problèmes", souligne celui qui est également ambassadeur de Suisse à Berlin.

La plupart des habitants de la région réclament avant tout un retour au calme, selon les observateurs déployés par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), dont la Suisse assume la présidence annuelle. L'Est de l'Ukraine tient à préserver de bonnes relations avec Moscou en raison d'une forte proximité culturelle et économique avec la Russie, ce qui ne doit pas forcément être assimilé à une volonté de scission.

Le gouvernement de Kiev et les Occidentaux soupçonnent Moscou de vouloir reproduire dans l'est de l'Ukraine le scénario qui a abouti en mars à l'annexion de la Crimée.

Tim Guldimann a aussi relevé les effets positifs de l'accord conclu à Genève le 17 avril, même si aucune avancée substantielle n'a été constatée jusqu'ici. Il faudra être patient, "des pas sont faits dans le bon sens", assure le diplomate suisse, qui table aussi sur l'effet "stabilisateur" de l'élection présidentielle prévue le 25 mai.

Nouvelle ville prise

Sur le terrain, toutefois, des séparatistes pro-russes se sont emparés du siège de l'administration locale et du quartier général de la police à Horlivka, dans l'est de l'Ukraine, sans rencontrer de résistance, ont fait savoir les autorités. Les miliciens avaient déjà bloqué début avril les accès au commissariat principal de cette ville de 300'000 habitants située au nord de Donetsk.

De son côté, le président ukrainien par intérim, Oleksander Tourtchinov a annoncé la création de "milices territoriales composées de volontaires dans chaque région" pour empêcher "le terrorisme" de s'étendre au-delà des régions de Donetsk et Louhansk. Il a en outre indiqué que les forces armées "sont en état d'alerte total".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus