Le Honduras a voté massivement et calmement

Encadrés par un large déploiement policier et militaire, les Honduriens ont voté massivement et dans le calme dimanche. Ils devaient désigner leur nouveau président en choisissant notamment entre l'épouse du dirigeant renversé par un coup d'État en 2009 et un partisan de ce putsch.

"Nous avons vécu une fête historique. La fête civique s'est déroulée dans le calme", s'est félicité le président du Tribunal électoral (TSE) en annonçant la fermeture des bureaux. En raison de "la participation massive" dans un pays où l'abstention avoisine généralement les 50%, les bureaux de vote sont d'ailleurs restés ouverts une heure de plus que prévu.

Sous un généreux soleil et la surveillance de 25 000 policiers et militaires, les Honduriens se sont mobilisés pour tenter de tourner la page du coup d'État de juin 2009, qui avait vu la chute du président Manuel Zelaya et profondément divisé la société.

"Ma famille est restée divisée, dès que nous parlons politique, nous nous disputons", témoignait d'ailleurs dans la journée Elvia Hernandez, femme au foyer de 48 ans, après avoir voté à Tegucigalpa.

Deux des huit candidats en lice ont dominé la course dans les sondages: Xiomara Castro, l'épouse de l'ex-président Manuel Zelaya, et l'homme d'affaires et président du Congrès Juan Orlando Hernandez, 45 ans, membre du Parti National au pouvoir et partisan du coup d'État de juin 2009.

Dans les rues de la capitale, sous un soleil ardent, des nombreux automobilistes circulaient en klaxonnant et brandissant des drapeaux aux couleurs de leur parti, créant des embouteillages aux alentours des bureaux de vote, où s'étaient formées de longues files d'attente.

Cette présidentielle permettra de désigner le successeur du président Porfirio Lobo, élu dans la foulée du coup d'État au cours d'un scrutin boycotté par les partisans de gauche de M. Zelaya.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus