Le Venezuela se dit prêt à étudier une demande d'asile de Snowden

Le président vénézuélien Nicolas Maduro se dit prêt à étudier, comme le fait l'Equateur, la possibilité d'accorder l'asile politique à Edward Snowden, si ce dernier en effectuait la demande. L'ancien consultant de la NSA est recherché par les Etats-Unis pour espionnage.

"Nous n'avons pas reçu de demande officielle, mais si c'était le cas, nous l'étudierions", a déclaré M. Maduro à Port-au-Prince à la sortie d'une conférence de presse avec son homologue haïtien Michel Martelly. Selon lui, "Snowden devrait recevoir une aide humanitaire mondiale pour l'information qu'il a révélée".

"Que se passerait-il si le monde apprenait que le Venezuela se livrait à de l'espionnage? Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunirait sans doute", a ajouté le chef d'Etat vénézuélien.

Toujours à l'aéroport de Moscou

L'Américain, âgé de 29 ans, qui encourt 30 ans de réclusion dans son pays pour ses spectaculaires révélations sur l'espionnage par la NSA de communications téléphoniques et Internet aux Etats-Unis et à l'étranger, se trouve toujours en zone de transit à l'aéroport de Moscou, a annoncé mardi le président russe, Vladimir Poutine.

Celui-ci s'est ensuite empressé de souligner que la Russie n'avait aucun accord d'extradition avec les Etats-Unis, qui réclament expressément le jeune homme.

"Bien que nous n'ayons pas d'accord d'extradition avec la Russie, il existe néanmoins une base juridique claire pour renvoyer M. Snowden" aux Etats-Unis, a toutefois réagi la porte-parole de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, Caitlin Hayden.

Contacts entre Washington et Quito

Le président équatorien, Rafael Correa, a annoncé lundi que son pays étudiait "avec une très grande responsabilité" une demande d'asile d'Edward Snowden. Son ministre des affaires étrangères Ricardo Patiño a de son côté indiqué que Washington avait pris contact avec l'Equateur au sujet de cette demande d'asile.

"Comme il s'agit pour l'instant d'un message verbal, j'ai demandé qu'ils nous l'envoient par écrit, afin de pouvoir en tenir compte, au cours de l'examen de la demande d'asile de M. Snowden", a ajouté le chef de la diplomatie équatorienne.

Lundi, un porte-parole adjoint du département d'Etat américain avait indiqué que les Etats-Unis avaient été "en contact" avec l'Equateur, ainsi qu'avec "un certain nombre de pays qui sont des destinations possibles" pour l'ex-consultant de la NSA.

/SERVICE


Actualisé le