Le chef de la police militaire libyenne abattu à Benghazi

Le chef de la police militaire libyenne a été tué vendredi par balles à Benghazi, dans l'est de la Libye, a indiqué à l'AFP un porte-parole des services de sécurité. Mustapha al-Barghathi avait été le premier officier de l'armée de l'ancien régime à former un groupe de combattants contre les forces du dictateur déchu Mouammar Kadhafi.

"Le chef de la police militaire, qui dépend du chef d'état-major de l'armée, le colonel Mustapha al-Barghathi a été tué devant chez lui par des balles tirées par des inconnus", a déclaré le colonel Abdallah al-Zaidi.

Le colonel al-Barghathi "a succombé à ses blessures à l'hôpital al-Jala", a ajouté M. Zaidi, précisant que l'officier avait été touché à la tête et à la poitrine.

Benghazi, bastion de la révolution libyenne, est le théâtre quotidien d'attaques et d'assassinats contre l'armée et la police. Des représentations diplomatiques et des intérêts occidentaux ont été également visés par des attentats ces deux dernières années. Ces attaques, souvent attribuées à des islamistes extrémistes, n'ont jamais été revendiquées.

Sécurité quasi inexistante

La dernière en date a été perpétrée le 11 octobre contre le consulat de Suède, une des rares représentations diplomatiques encore ouvertes à Benghazi. La multiplication des attaques visant des diplomates, dont celle qui a coûté la vie à l'ambassadeur américain Chris Stevens le 11 septembre 2012, a en effet poussé la plupart d'entre eux à quitter Benghazi, bastion de la révolution de 2011.

Deux ans après le renversement du colonel Mouammar Kadhafi, les autorités de transition peinent à mettre sur pied des forces de sécurité efficaces et sont engagées dans un bras de fer avec des milices armées qu'elles n'arrivent pas à contrôler.

/SERVICE


Actualisé le