L'Irak approuve un gouvernement rassembleur face à l'EI

Le Parlement irakien a approuvé lundi soir le gouvernement d'union présenté par le Premier ministre Haïda Al-Abadi. Cet exécutif, qui aura pour mission d'incarner l'unité du pays face aux jihadistes de l'Etat islamique (EI), n'est toutefois pas encore au complet.

M. Abadi, désigné le 11 août pour former un gouvernement d'union, a demandé au Parlement un délai d'une semaine pour attribuer les postes vacants, dont l'Intérieur et la Défense. Entre-temps c'est lui-même qui assurera l'intérim.

Plaçant son discours sous le signe de l'unité, Haïdar al-Abadi s'était auparavant engagé à régler "toutes les questions en suspens avec la région autonome du Kurdistan".

Soutien symbolique

Signe des tensions dans le pays, les élus kurdes avaient dans un premier temps refusé de participer à la session du Parlement dans l'attente d'une décision de leur direction. Ils ont finalement rejoint la réunion.

Les relations entre le gouvernement central et la région autonome du Kurdistan irakien, historiquement difficiles sur des questions de ressources naturelles et de territoires, se sont encore tendues avec l'offensive de l'EI. Les Kurdes ont profité de la déroute de l'armée irakienne face à l'EI pour s'emparer de territoires disputés de longue date.

Mais face à l'avancée jihadiste qui menaçait même Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, le Premier ministre irakien sortant Nouri al-Maliki avait ordonné à l'armée de l'air d'apporter son soutien aux combattants kurdes, une rare coopération entre les deux parties.

Ce vote sous haute tension devait marquer une importante étape politique et un changement de cap pour l'Irak après que le Premier ministre Nouri al-Maliki, au pouvoir depuis 2006, eut été accusé par ses détracteurs d'avoir contribué à la montée en force de l'EI dans ce pays majoritairement chiite en menant une politique autoritaire excluant la minorité sunnite.

Mission de Kerry

Face au danger représenté par l'EI, coupable d'exactions en Irak et en Syrie, où il a déclaré un califat" à cheval sur les deux pays, les Etats-Unis ont enclenché la vitesse supérieure. Barack Obama doit présenter son "plan d'action" contre l'EI, qui devrait être fondé sur le principe d'une coalition internationale sans l'envoi de troupes américaines au sol.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus