Le meurtrier de Trayvon Martin acquitté en Floride

George Zimmerman, jugé pour le meurtre de Trayvon Martin, un adolescent noir de 17 ans tué en février 2012 en Floride, a été acquitté samedi. Il était passible de la réclusion à vie. Ce meurtre avait relancé aux Etats-Unis le débat sur le contrôle des armes à feu et sur le racisme.

"M. Zimmerman, j'ai signé le jugement qui confirme le verdict du jury. Votre bracelet électronique va vous être retiré à la sortie de cette pièce. Et vous n'avez plus rien à voir avec cette cour", a déclaré la juge Deborah Nelson dans une courte déclaration après la lecture du verdict.

Le jury composé de six femmes, dont aucune afro-américaine, a prononcé ce verdict à l'issue de plusieurs heures de délibérations.

Trayvon Martin n'était pas armé au moment des faits mais George Zimmerman, vigile bénévole de son quartier, a décidé de plaider la légitime défense dans cette affaire. Trayvon Martin avait été tué d'une seule balle, tirée avec une arme de calibre 9 mm.

La police avait dans un premier temps refusé de procéder à l'arrestation de George Zimmerman, jugeant qu'il avait agi en état de légitime défense. Le suspect a finalement été arrêté après 44 jours et un procureur fédéral a été nommé pour prendre le relais du parquet local, qui avait perdu toute crédibilité dans ce dossier.

Appel au calme

De nombreux journalistes et une foule de manifestants s'étaient rassemblés samedi à l'extérieur du tribunal de Sanford, dans l'Etat de la Floride, dans l'attente du verdict. Beaucoup de manifestants chantaient: "Pas de justice, pas de paix".

Les dirigeants des comités de défense de Trayvon Martin avaient pourtant appelé au calme vendredi déjà, quel que soit le verdict. "Si Zimmerman est condamné, il ne doit pas y avoir de manifestations de joie inappropriées, parce qu'un jeune homme a perdu la vie", a déclaré le révérend Jesse Jackson, militant pour les droits civiques.

Afro-américains indignés

"Aujourd'hui, la justice a trahi Trayvon Martin et sa famille", s'est pour sa part indignée Roslyn Brock, présidente de la National Association of Colored People, dans un communiqué.

"Nous invitons immédiatement le département (américain) de la Justice à procéder à une enquête sur les atteintes aux droits civiques commis aux dépens de Trayvon Martin. Cette affaire a donné un nouvel élan au mouvement pour la fin du délit de faciès aux Etats-Unis", a-t-elle ajouté.

/SERVICE


Actualisé le