Les Sud-Africains unis avant des funérailles planétaires

Des milliers de Sud-Africains se sont spontanément rassemblés samedi pour rendre un hommage empreint de gratitude à Nelson Mandela, décédé jeudi soir à l'âge de 95 ans. Les marques de respect se succédaient, alors que la préparation de funérailles historiques, dignes du rayonnement planétaire du leader anti-apartheid, se poursuivait.

Dans la rue, à la radio, à la télévision, on ne parlait que de "Tata (papa) Mandela" et de tout ce que lui doit ce pays d'aujourd'hui 53 millions d'habitants, dont la moitié n'a pas encore 25 ans: ses sacrifices, mais aussi ses innombrables gestes d'attention, sa discipline personnelle et l'écoute qui était la marque de l'ancien dirigeant.

Devant la maison de l'ancien président, la foule continuait d'affluer. Sur le côté, un petit autel a été improvisé sur la pelouse, autour deux palmiers nains. Des bougies y brûlaient, à côté d'un amoncellement de fleurs.

Silence de deuil

Les télévisions sud-africaines diffusent depuis jeudi soir en continu des images de foules commémorant Mandela, alternant avec des récits de sa vie et ses discours les plus forts.

A Qunu (sud), le village d'enfance de Mandela où il était revenu vivre sur ses vieux jours dans la paix de la campagne xhosa, régnait le silence du deuil. Les visages étaient fermés.

De mercredi à vendredi, la dépouille de Mandela sera exposée à Union Buildings, le siège de la présidence à Pretoria. Elle sera transportée chaque jour dans les rues de la ville où la population est appelée à lui faire une haie d'honneur. Le corps était préparé samedi par des médecins militaires.

Stade de Soccer City

Des présidents, chefs de gouvernement, anciens ou actuels, des têtes couronnées, des artistes, des dirigeants spirituels du monde entier sont attendus dimanche 15 décembre pour l'inhumation. Ils auront aussi le choix d'assister à l'autre service funèbre, celui de Soweto mardi, dans la ferveur populaire du stade de Soccer City.

C'est là précisément que Nelson Mandela avait fait sa dernière apparition publique en 2010, lors de la finale de la Coupe du monde. Il était déjà très affaibli par l'âge et les séquelles de ses 27 ans de prison sous l'apartheid.

/ATS


Actualisé le