Les anti-euro devraient confirmer leur ancrage dans deux Länder

Les électeurs de deux Länder de l'ex-RDA sont appelés aux urnes ce dimanche pour élire leurs parlements régionaux. Ce scrutin devrait permettre au nouveau parti anti-euro AfD de s'installer un peu plus dans le paysage politique allemand, deux semaines après son entrée au parlement régional de Saxe.

De l'autre côté de l'échiquier politique, la gauche radicale Die Linke pourrait décrocher un résultat inédit en ravissant la présidence de la Thuringe à l'Union chrétienne-démocrate (CDU), qui dirige la région natale de Goethe et de Schiller depuis la Réunification allemande. Les conservateurs sont toutefois annoncés en hausse en Thuringe comme dans le Brandebourg.

Au total, près de quatre millions d'électeurs sont appelés aux urnes dans les deux Länder. Les derniers sondages publiés vendredi créditaient l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) de 9,5% des suffrages dans le Brandebourg et de 8% en Thuringe, soit une confortable marge par rapport au seuil des 5% à franchir pour siéger dans un parlement.

Déçus de la CDU

Si les premières estimations attendues à 18h00 confirment cette tendance, le jeune parti anti-euro né au printemps 2013 s'ancrera encore un peu plus, s'affichant comme un nouvel acteur sérieux du jeu politique, à la droite de la CDU, porté notamment par le soutien "d'anciens électeurs conservateurs" déçus, relève Werner Patzelt, politologue à l'Université technique de Dresde.

L'AfD prône la sortie de l'euro et le retour au Mark, surfant sur un euroscepticisme qui gagne du terrain dans la plupart des pays de l'UE. Ce parti, qui a gagné sept sièges au Parlement européen en mai et flirté avec les 10% en Saxe il y a deux semaines, défend aussi une ligne très droitière sur l'immigration, les "valeurs familiales" et l'insécurité, qui lui vaut l'étiquette de "populiste".

Percée de Die Linke

Autre enjeu du scrutin, la percée de la gauche radicale, qui pourrait décrocher en Thuringe la présidence d'un Land pour la première fois de son histoire. Créditée de 26% des voix, Die Linke peut espérer détrôner la CDU (36%) en propulsant son leader, le syndicaliste Bodo Ramelow, à la tête d'une coalition avec les sociaux-démocrates du SPD (16%) et les Verts (5,5%).

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes