Les armes chimiques syriennes ont été neutralisées en mer

Les Etats-Unis ont annoncé la fin des opérations en mer de "neutralisation" des éléments remis par le régime syrien qui entrent dans la composition des gaz sarin et moutarde. Ils ont cependant prévenu qu'ils resteraient attentifs au respect par Damas de ses engagements en la matière.

"Les armes chimiques les plus mortelles possédées par le régime syrien ont été détruites par des professionnels civils et militaires en utilisant un mécanisme américain unique en son genre", s'est félicité le président Barack Obama dans un communiqué. Ces éléments permettaient de fabriquer du gaz sarin et du gaz moutarde, deux armes chimiques extrêmement toxiques, a précisé le Pentagone.

Au total, 581 tonnes de "précurseurs chimiques" pour le sarin et 19,8 tonnes d'agents destinés au moutarde ont été détruits. Ils ont été neutralisés à bord du Cape Ray, un navire américain qui croise en Méditerranée, dans les eaux internationales. L'opération a été supervisée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Lors d'une conversation téléphonique avec le capitaine du navire, le secrétaire à la Défense Chuck Hagel a lui salué "une contribution à la sécurité de la planète". Mais, a prévenu M. Obama, les Etats-Unis "s'assureront que la Syrie tiendra son engagement de détruire ses installations restantes", après décision de l'OIAC que 12 anciennes usines de production d'armes chimiques en Syrie seraient détruites.

Divergences et omissions

Le président américain s'est aussi inquiété des "divergences et des omissions quant aux déclarations faites par la Syrie à l'OIAC et les informations selon lesquelles (des armes chimiques) sont toujours utilisées" par le régime syrien, aux prises avec une rébellion armée depuis près de trois ans et demi.

L'OIAC enquête en effet sur des accusations d'attaques au chlore en Syrie. Paris et Washington ont accusé Damas d'avoir utilisé ce produit toxique contre l'opposition tandis que le régime a accusé les rebelles.

Les dernières armes chimiques que Damas disait avoir en sa possession avaient quitté la Syrie fin juin avec des mois de retard sur le programme entériné par la communauté internationale. Les produits chimiques les plus dangereux avaient été emmenés sur le Cape Ray. Leur destruction par hydrolyse avait commencé début juillet.

Sociétés de traitement

Ce processus a permis de détruire les agents chimiques à plus de 99% et d'en réduire la toxicité à des niveaux similaires à ceux habituels dans l'industrie.

Les agents chimiques traités à bord du Cape Ray vont être confiés à des sociétés de traitement spécialisées dans les déchets industriels, tout comme d'autres agents chimiques syriens traités à terre dans des bâtiments spécialisés en Grande-Bretagne, en Finlande et aux Etats-Unis.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes