Les belligérants sud-soudanais ont signé un cessez-le-feu

Le gouvernement sud-soudanais et les rebelles menés par l'ex-vice président Riek Machar ont signé jeudi soir un accord de cessez-le-feu devant être appliqué sous 24 heures, a constaté une journaliste de l'AFP. Ce document doit mettre fin à plus d'un mois de combats sanglants au Soudan du Sud.

Le texte, négocié par l'Igad (Autorité intergouvernementale pour le développement, qui regroupe sept pays est-africains) a été paraphé dans la capitale éthiopienne Addis Abeba. Les parties ont également signé un accord prévoyant la libération de onze détenus proches de Riek Machar. La question de cette libération était au coeur des pourparlers entamés début janvier.

Aucune date n'a été précisée pour cette libération. "Ces deux accords sont les ingrédients pour créer un environnement propice à une paix totale dans mon pays", a déclaré au cours de la cérémonie de signature le négociateur en chef des rebelles, Taban Deng.

"Nous espérons pouvoir atteindre rapidement un accord (plus global) qui mettra un terme au bain de sang", a lancé le négociateur en chef du gouvernement, Nhial Deng Nhial.

Atrocités dans les deux camps

Le Soudan du Sud est ravagé depuis le 15 décembre par des combats entre les forces sud-soudanaises loyales au président Salva Kiir et la rébellion regroupée derrière Riek Machar.

Salva Kiir accuse Riek Machar et ses alliés de tentative de coup d'Etat. Ce dernier nie, et reproche au premier de chercher à éliminer ses rivaux politiques. Les combats ont déjà fait des milliers de morts et un demi-million de déplacés.

ONU et ONG ont fait état d'atrocités de la part des deux camps (exécutions sommaires, viols, enrôlement d'enfants soldats) et de massacres à caractère ethnique.

Vers une réconciliation nationale

Le médiateur en chef pour l'Igad, Seyoum Mesfin, a salué jeudi, avec ces deux accords, la "conclusion" d'un premier round de négociations. "Nous devrons bientôt continuer avec un dialogue politique et travailler à une réconciliation nationale", a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis, parrains de l'indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011, ont salué ce cessez-le-feu, le qualifiant de "première étape cruciale".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes